Le Blog de Michel Benoit

17 avril 2014

Alves-Tarvel : La Maison borgne. Un nouveau Harry Dickson pour juin 2014

10010858_10203276428342446_4546799351143132773_o

La prochaine bande dessinée du fameux Sherlock Holmes américain, Harry Dickson, devrait sortir en juin 2014 et c'est avec impatience que nous l'attendons. Cette fois-ci se sont Brice Tarvel et Christophe Alves qui sont les auteurs de cette nouvelle enquête qui s'intitulera : "La Maison borgne" .

Mais qui est ce mystérieux policier au nom d'Harry Dickson ? Harry Dickson est un personnage de roman policier fantastique recréé par Jean Ray à partir d'une série policière néerlandaise. Jean Ray était le traducteur des premiers Harry Dickson qu'il se mit ensuite à réécrire, se contentant d'une narration conforme à l'illustration de couverture et en général sans grand rapport au récit original à traduire.

L'affaire s'annonce sérieuse car les deux nouveaux signataires de cette nouvelle enquête policière et fantastique d'Harry Dickson n'en sont pas à leur premier coup de plume : Le rémois Brice Tarvel, né en 1946 est un romancier - sous son nom ou celui de François Sarkel - et un scénariste de bande dessinée français. C'est également un romancier, lequel a obtenu le prix jeunesse au festival d'Angoulème en 1997. Le nivernais Christophe Alvès est né le 12 février 1965 à Nevers. Après l'obtention d' un BTS en mécanique-automatisme, il exerce un métier « sérieux » dans l'industrie avant de démissionner pour se lancer dans sa passion : le dessin. En tant qu'illustrateur, il réalise depuis environ dix ans, des affiches, des logos, des dessins publicitaires, des jeux pour enfants... Lors de stages de scénario, il rencontre Rodolphe, Makyo, Léturgie, Dieter... Puis intervient une rencontre déterminante, celle de Thierry Cailleteau, qui lui présente Samuel Bournazel. « Dusty Dawn » est né !

Je souhaite à ses deux là, le succès qu'ils méritent auprès d'un public passionné et de belles rencontres à l'occasion de la sortie de cette nouvelle B.D.;

Michel Benoit

Posté par michelbenoit à 10:46 - Commentaires [1] - Permalien [#]


13 avril 2014

Les Mystères du Cher à Sancerre

Vu dans la Voix du Sancerrois cet article annonçant ma venue rue des trois piliers dans un délicieux café littéraire, le café librairie de Sancerre, organisation parfaite, accueil impeccable et des lecteurs passionnés.... Merci aux journalistes de la Voix du Sancerrois !

SANCERRE

Posté par michelbenoit à 20:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 avril 2014

Fabienne Desseux primée pour sa nouvelle !

Copie de Photo 012

Belle surprise, même si ce n'en était pas vraiment une, puisque je connaissais le résultat du concours de nouvelles organisé par le site internet Short Edition.com.  Donc,belle surprise pour Fabienne Desseux et ses amis ( ou Zamis ) comme vous préférez, puisque 1500 d'entre-eux ont voté en sa faveur afin de mettre en avant sa nouvelle " Vous avez un nouveau message" qui concourait dans le cadre du grand prix du Court Hiver organisé par Short Edition. Un sacré talent Fabienne Desseux, qui vient donc de remporter ce prix sympathique et qui va sans doute l'encourager à poursuivre, à son rythme, l'art de l'écriture. Dans la Nièvre et surtout à Nevers, où elle demeure depuis quelques années maintenant, on l'aime bien Fabienne ! Elle fait depuis plusieurs mois des interventions régulières au micro de la radio Bac FM pour mettre en valeur les artistes du département et même au delà, puisqu'elle avait tout de même dégoté en exclusivité s'il vous plaît, l'interview de Yann Moix à l'occasion de sa venue à la Maison de la presse de Nevers en décembre dernier. Journaliste, elle y présente aussi le journal.

Et pourtant, ce n'était pas gagné, puisqu'elle aurait pu, comme beaucoup, se contenter de suivre pas à pas les aventures de son Desseux de mari, Thierry celui-ci, qui journaliste tout comme elle, est l'auteur des "Affaires criminelles du nivernais" et également l'auteur de chansons rassemblées sur un CD qui s'intitule "Villa aux Roses". Fabienne a relevé le défi et s'est faite un prénom car c'est elle aujourd'hui qui porte les lauriers et c'est mérité amplement ! Mais, rassurez-vous, connaissant très bien les deux oiseaux, je peux vous assurer qu'il n'y aura pas de concurrence dans le domaine artistique entre ces deux-là... Le talent, c'est accepter aussi celui des autres, et ils en ont tous deux à revendre !

On attend donc avec impatience, les prochaines nouvelles, éditées cette fois-ci, ou le fameux roman en cours d'écriture qui nous emmènera au Vatican, près du Pape, une façon comme une autre de nous envoyer " un nouveau message" pourquoi pas ?

Michel Benoit

Posté par michelbenoit à 20:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 avril 2014

Inauguration du Théâtre des Forges de Guérigny - 5 AVRIL 2014-

IMG_0668

Une page se tourne pour le Carambole Théâtre et ses fondateurs Pascal Tedes et Nathalie Jadot, une page pleine d’émotion va recouvrir dix ans et non six ans comme je l’ai entendu dans l’un des très beau discours effectués lors de l’inauguration du Théâtre des Forges Royal à Guérigny. Il y a dix ans, déjà, nous rêvions d’une « Cartoucherie  » nivernaise pour accueillir la troupe et les créations que nous trimballions dans notre besace, pour y accueillir également d’autres troupes de Théâtre et leur donner la possibilité de jouer dans ce lieu extraordinaire que sont les Forges Royales. C’est Jean-Louis Rollot, conseiller général à la culture, un homme d’exception qui nous avait reçus et immédiatement, ce dernier avait compris tout l’intérêt qu’un projet comme le nôtre pouvait apporter à la Nièvre et à la culture du pays. Jean-Pierre Château, autre homme d’exception, avait soutenu le projet jusqu’au bout. Nous avions occupé les Forges avec une pièce écrite par Pascal Tedes d’après mon livre Saint-Just Apogée d’un silence, dernier regard. La pièce s’appelait le Peuple des Ronces. Nous la jouâmes une bonne dizaine de fois, dans le froid, les courants d’air, alors que l’orage grondait et que les quelques spectateurs curieux venus voir la pièce, assis sur des chaises de jardin inconfortables à souhait, avaient les pieds dans l’eau à la suite d’inondation dans le lieu principal.

1653519_1385551038389375_517462628_n

Ce n’est pas dans ce lieu historique que le théâtre a été construit mais derrière ce dernier, dans un autre espace, et il est vrai que le travail réalisé est extraordinaire. Le programme de l’année a été dévoilé à l’occasion de cette inauguration et il est alléchant, avec en tête de gondole la pièce de Théâtre primée de Pascal Tedes : «  Kadaverdé ». Un grand moment à partager dans quelques semaines où durant plus d’une heure le public pourra déguster, confortablement installé dans des fauteuils tout neufs,  le verbe et la poésie de ce grand dramaturge et poète qu’est Pascal Tedes.

Une inauguration réussie, un vrai sans faute, et une joie immense des principaux protagonistes non dissimulée hier soir. Il fallait être,  tout prêt de Pascal Tedes et de moi-même, pour remarquer dans nos yeux, se conjuguer à la fois, bonheur et tristesse, confiance et peur.

Tout d’abord , bonheur pour avoir réussi à créer dans ce lieu magnifique, un joyaux moderne destiné à la culture, ensuite tristesse, pour les années magnifiques passées dans ces lieux barbares à une époque où seuls, quelques personnes croyaient en nous, confiance parce que la volonté des décideurs est aujourd’hui présente à tous les instants et peur, la peur, celle qui vous prend les tripes, la peur de l’auteur de génie qui trop habitué à évoluer dans un univers repoussant mais, oh combien porteur de talents, n’ose s’assoir dans le fauteuil en cuir de celui qui a atteint définitivement son but alors que justement, tout est à faire à compter de demain…. Il est fort possible alors, connaissant le personnage, que ce dernier revienne par les nuits de pleine lune, dans ce premier espace barbare, pour y puiser son inspiration.

Michel Benoit

Posté par michelbenoit à 09:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 avril 2014

Les Mystères du Cher - Le journal de la Sologne.

 

portrait

Les mystères du Cher

Michel Benoît et Jean-Claude George

Joli coup que cette intrusion pénétrante dans les plus grandes zones d'ombre que recèle le Cher, ce département du Cher dont les légendes colportées depuis des siècles laissent flotter un agréable parfum d'énigmes. Si la plupart des histoires racontées par l'historien Michel Benoît et le conteur Jean-Claude George se déroulent dans la partie berrichonne du Cher, les Solognots trouveront aussi de quoi s'intriguer dans cet ouvrage d'une déconcertante facilite a lire Faits divers, crimes et histoires insolites passionnant au-delà des frontières administratives, c'est avec plaisir que l'on parcourra ces 400 pages pleines de malice On se délectera notamment du parcours incroyable de Pierre Cotignon, ce poète libertin devenu chanoine qui finit par écrire pas moins de 5 000 alexandrins sur la Passion du Christ. A lui seul, ce mystère parmi tant d'autres aurait pu remplir un livre entier.

Le Journal de la Sologne

Mars 2014

Posté par michelbenoit à 09:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]



31 mars 2014

Le Drapeau Rouge .

drapeau-rouge

Le DRAPEAU  ROUGE

Vous nous avez trompés, vous nous avez trahi,
Le rêve était trop beau, notre espoir infini,
Les lendemains qui chantent sonnent faux aujourd'hui,
Le poète a eu tort, le chanteur est maudit.

Vous nous avez trahi, vous nous avez trompé,
Le royaume du futur vient de nous échapper,
L'avenir à présent se trouve dans les musées,
Les cerises ont un goût d'amertume cet été.

Et la rue des Rosiers nous revient en mémoire,
A Boucanez, Zola réécrit l'assommoir,
Le rossignol est muet et le merle s'est tue.

Le ciel est vermillon, on brûle nos espoir,
Mont chant est un ruisseau qui s'enfuit dans le noir,
Comme le sang figé aux étoiles dévêtues.

Michel BENOIT

Posté par michelbenoit à 11:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 mars 2014

Le Champs de la Lueur-Les Yeux d'Irène - de Jean-Charles Cougny

Le champ de la lueur_0001

Notre romancier du terroir nivernais, Jean-Charles Cougny, morvandiau jusqu'au bout des ongles et lauréat du prix du Morvan il y a quelques années, nous présente son neuvième roman " Le Champs de la Lueur- Les Yeux d'Irène" .

L'histoire se déroule dans le milieu agricole morvandiau, dans un petit village paisible qui comme c'est souvent le cas va être perturbé par l'arrivé d'un jeune couple venant de bretagne et totalement d'étranger à la région. Cette arrivée fera ressurgir le passé...Vous pensez ! De jeunes gens, venant au village pour y élever des moutons ! Ce serait-y-pas une bonne nouvelle !

Pour leur voisin, un paysan célibataire endurci, proche de la retraite et qui vit encore avec sa mère, c'est une petite révolution ! Pensez donc, lui qui n'a jamais quitté la région...

Le passé va ressurgir avec la venue de ces jeunes bretons qui s'installeront dans la ferme d'à côté, une ferme abandonnée depuis des lustres et inexploitée, une ferme qui a connu un évènement extraordinaire dans le passé...Trente ans plus tôt...

"Le Champs de la Lueur- Les yeux d'Itène "

Editions J2C de Jean-Charles Cougny

En vente dans toutes les librairies et maisons de la presse de la Nièvre.

Posté par michelbenoit à 08:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 mars 2014

Hommage à Emile Torner, un homme d'exception et mon ami et camarade.

mb

Notre camarade Émile Torner s'en est allé, le 10 mars dernier, pour son dernier voyage à l'âge de 89 ans. Émile était un militant communiste, ancien déporté et résistant,ancien prisonnier de Buchenwald Langenstein. Il a emmené avec lui à jamais son matricule N° 81655 afin que celui-ci disparaisse à jamais. C'est du moins ce qu'il souhaitait...

Émile Torner était mon camarade et mon ami. Nous écrivions tous deux et rêvions ensemble à un monde meilleur. Lui, venait d'éditer un magnifique livre au titre de " Résister c'est exister" et dans lequel il nous racontait son enfance, son parcours familial, la guerre, la fuite, son engagement dans la résistance, son incarcération et sa déportation à Buchenwald et sa libération. Puis, le retour en France et l'engagement politique. S'engager pour une cause ne paraît pas toujours facile mais comme le disait Marie-Claude Vaillant-Couturier : " Ce que nous pouvons laisser comme message aux jeunes, ce que la résistance nous a appris, c'est que lorsqu'une cause nous paraît juste, il faut lutter pour elle, quelles qu'en soient les conséquences."

Émile va donc participer à la création d'Israël et bien que juif, ses positions pour une terre palestinienne, le verront taxer d'antisémite ( allez y comprendre quelque chose comme il disait... ! ) En 1949, avec Charles Palant, il participera également à la création du MRAP au cirque d'hiver. Il sera aussi de tous les combats avec Marcel Paul. Il refuse la guerre d'Indochine et s'élève contre le sort réservé aux époux Rosenberg.En 1958, il s'élève contre le retour de De Gaulle et il se trouvera le 8 février 1962 au coin de la rue de Charonne et du boulevard Voltaire. On dénombrera huit victimes lors de cette manifestation.Plus tard, il militera contre le traité de Maastricht et s'investiera pour le non à la Constitution. En 2002, il manifestera contre Le Pen qui était arrivé au 2ème tour des élections présidentielles.

La dernière fois que nous nous sommes vu ce fut à la fête de l'Humanité en 2013, il était comme à son habitude installé devant la section du XVème ardt de Paris, celle d'Emmanuel Dan Tran, car Émile avait aussi cette qualité d'être contestataire au sein même de son parti de prédilection et c'est avec un grand courage qu'il s'opposait à la nouvelle ligne des dirigeants du P.C.F., ce qui ne l'empêchait pas de faire sa campagne d'adhésion chaque année.  Déjà très malade, il m'avait confié ces quelques mots :

" Notre idéal est la construction d'un monde nouveau dans la paix et la liberté. Nous le devons à nos camarades tués et à leurs famille."

Salut Émile ! Tu resteras dans nos mémoires et dans la mémoire universelle de ceux qui ont donné leur sang et leur vie pour que nos enfants aient une chance de vivre une vie meilleure. Nous ne t'oublierons jamais !

Posté par michelbenoit à 00:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 mars 2014

Roger Boissay, une existence consacrée à l'humanisme !

Photo 195

La vie de Roger Boissay se confond avec l'histoire du mouvement ouvrier de la Nièvre, dont il a été à la fois acteur et témoin. Roger est né à Meung sur Loire, le 3 juin 1923 et a vécu les grandes transformations du XX° siècle. Engagé dans l'action syndicale et politique à la Confération Générale du Travail et au Parti Communiste Français, dès son entré dans le monde du travail à la fin des années trente, il a connu le front populaire de 1936, la seconde guerre mondiale et son cortège de drames, l'exode tout d'abord, puis l'occupation allemande, la déportation de 1943 à 1945. La création du mouvement de la paix en 1949 et l'appel de Stockolm en 1950 contre l'arme nucléaire, le mouvement de mai 1968...Ouvrier dès 1939 à l'usine Citroën au quai de Javel à Paris et arrivé dans la Nièvre à la fin de la guerre, il a été parti prenante de toutes les grandes luttes ouvrières. La marche du pain à Fourchambault en 1947, les grèves des mineurs de la Machine en 1948 et 1973-1974, les luttes des années 1970 pour améliorer les salaires, les conditions de travail, et s'opposer aux fermetures d'usines et aux licenciements ( Chuet-Alfa-Laval-Acieries d'Imphy-Thomson-Lambiotte..)

Ce livre est le témoignage d'un homme qui a consacré sa vie entière à celle des travailleurs et à leurs combats. Roger Boissay s'est mis, sa vie durant, à la disposition des populations qui refusent de baisser les bras face à la destruction de l'industrie et des emplois. Ce livre est un livre souvenir indispensable certes, mais également un formidable message d'espoir pour une société au service de l'humain. Pour bien le connaître, je peux vous assurer que Roger est un homme d'exception, un combattant dans l'âme, il était à mes côtés lors de la dernière fête de la Plaine organisée par le Parti Communiste de la Nièvre et fêtait son quatre-vingt-dizième anniversaire ce jour là... Et je peux vous assurer que la fidélité à ses idéaux, la volonté du bonheur commun, donnent une pêche formidable à celui qui les entretien.

On ne peut que remercier Roger Boissay pour ce témoignage d'une existence consacrée à l'humanisme!

 

 

Ci-dessous Roger Boissay lors d'une séance de signatures à la fête de l'Humanité en 2012

Photo 192

Posté par michelbenoit à 16:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 mars 2014

Quelques nouvelles d’un scribe à ses lecteurs et amis.

 

Copie de merle 15

J’inaugure par cette petite lettre, qui vous est destinée, un bulletin que je souhaite semestriel et qui vous fait part de l’avancée de mes projets, des nouvelles orientations prises, du bilan que je peux en tirer, en sachant bien entendu, que ce bulletin n’existe que grâce à vous, lecteurs et lectrices.

L’année 2014 ne sera pas une année comme les autres. 2014 est d’abord l’année qui voit réapparaître dans les librairies un Michel Benoit  historien, avec la réédition de Saint-Just, apogée d’un silence, dernier regard suivi de sept portraits de nivernais sous la révolution à l’occasion du 220ème anniversaire de la mort du jeune tribun. Historien de la révolution française, certes, mais historien avant toute chose et c’est pour moi l’occasion de vous faire partager dans les Mystères du Cher, la petite histoire qui a fait l’histoire de ce département et de notre pays à travers diverses nouvelles historiques et affaires criminelles. Ce livre, écrit en collaboration avec Jean-Claude George, un écrivain de grand talent, a été publié début mars aux Editions de Borée. Encouragé par le succès reçu lors de la sortie des quatre premières enquêtes du commissaire Merle, ce ne sont pas moins que trois nouveaux romans écrits depuis le début de cette année : L’Assassin de la ligne 7 qui se déroulera au cœur de Nevers et de son agglomération, ce cinquième roman sortira pour des raisons éditoriales à la fin du mois d’août et devrait disposer d’un lancement médiatique original. Deux autres romans, également écrits à ce jour, devraient paraître en mars (La Maison de l’Eclusier) et en septembre (Thérèse est morte).

Ainsi le rendez-vous entre les lecteurs et les enquêtes du commissaire Merle seront biannuels à compter de l’année prochaine…

Cette année sera également celle de ma collaboration avec la revue Les Grandes Affaires de l’Histoire, dans lequel j’écrirai un certain nombre d’articles à thème historique.

En septembre, dans la foulée, le vendredi  12 septembre exactement, j’aurai le grand plaisir de vous convier au théâtre d’Imphy, au  spectacle organisé par l’association ARECTI pour vous proposer de découvrir ou de redécouvrir une tragédie en deux actes que j’ai écrit  il y a 8 ans à l’occasion du tricentenaire de la naissance de Pierre Babaud de la Chaussade : «  Babaud ou le prix de l’éternité ». Cette pièce sera mise en scène par Pascal Tedes et jouée par la troupe du Carambole Théâtre.

En fin d’année, la réédition de La Belle Marinière, la première enquête du commissaire Merle, sous un autre jour et aux Editions rue des Boucheries pourra enfin être réalisée, ayant récupéré mes droits d’auteur, et ce, quoi qu’en pense le sombre personnage qui bloque l’opération depuis deux ans. Elle le sera dans un nouveau style avec une autre présentation.

A noter que l’écriture d’une nouvelle pièce de théâtre et d’un nouveau livre historique devrait se concrétiser en début d’année prochaine.

Alors, pas de quoi vous inquiéter… Pour moi ça va… Si vous ne me voyez plus trop dans les salons du livre, c’est tout simplement parce que les organisateurs ne m’invitent pas ( Je serai à celui de la Chapelle Saint-André en mai 2014 ), et puis après tout le proverbe ne dit-il pas la vérité lorsqu’il proclame que nul n’est prophète en son pays et s’il me faut une canne de temps à autre pour me déplacer, c’est tout naturellement pour traîner avec moi les kilos de projets que j’emmagasine chaque nuit dans mes pensées et qui sortent tout droit de mes rêves.

A bientôt donc dans les maisons de la presse, librairies et bonne continuation à toutes et à tous !

Posté par michelbenoit à 00:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]



Fin »