Le Blog de Michel Benoit

26 janvier 2015

La Maison de l'Eclusier - Sortie prévue fin mars 2015 -

Canal-du-Nivernais-a-Chatillon-en-Bazois

Juste pour vous dire que la 6ème enquête du commissaire Merle : " La Maison de l’Éclusier " sortira la dernière semaine du mois de Mars 2015. Cette fois-ci c'est mon ami Thierry Desseux qui s'est chargé d'écrire la 4ème de couverture.Écrivain et journaliste, il est de l'aventure Merle depuis le début, c'est d'ailleurs lui qui a signé aussi la 4ème de couverture de la Belle Marinière..

Cette nouvelle enquête se déroulera le long du canal du nivernais, entre Chatillon en Bazois et l’Étang de Baye. Cette nouvelle enquête policière a été écrite l'année passée début 2014 et j'ai moi-même fais un bout de route, en bateau, sur ce canal magnifique entre l'étang de Baye et l'écluse de Fleury. Il était important d'avoir été confronté à certaines difficultés pour écrire ce roman, c'est pourquoi je me suis plié à cette discipline, très sportive je dois dire, pas trop pour descendre les écluses, et elles sont nombreuses, que pour les remonter...Et là, je salue la solidarité fluviale de ceux qui fréquente les cours d'eau, elle existe vraiment et n'a pas de frontière...Je ne vous parlerai pas de descente de la colancelle qui est fantastique.

Ce dernier livre devrait sortir en librairie à la fin du mois de mars. Cette nouvelle enquête est dédiée à deux de mes amis, Jean-Michel Marchand pour sa passion pour le vélo que je partage, et Eric le Senney pour son amour du canal du nivernais que je ne peux que partager également. A tous les deux, je leur dis merci, au premier d'avoir ravivé mes souvenirs de jeunesse où le vélo était un luxe et magique et où nous suivions le tour de France dans les bacs à sable en faisant avancer nos coureurs cyclistes à l'aide d'une bille en terre sur des routes improvisées, merci aussi au deuxième qui m'a fait découvrir le canal à travers ses images magnifiques.

Mais chut ! vous en saurez un peu plus bientôt....

Michel Benoit

 

Posté par michelbenoit à 08:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]


19 janvier 2015

Poésie anonyme

Quelques vers déposés là, en cadeau, par un internaut se nommant Cochonfucius....

Merci !

 

 

Un centaure avec crainte approche
Pour entendre de près
La forte lyre qui décoche
De mélodiques traits.

Pour lui, ces notes qui l’attirent
N’ont rien de rebutant ;
Il ne sait pas que dans l’Empire
On en est mécontent.

Mais le centaure est trop timide :
Il s’éloigne, songeur,
Dansant au couchant, dont, limpide,
Se répand la rougeur.

Cochonfucius

Posté par michelbenoit à 00:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 janvier 2015

Pauvre Garçon !

Le pauvre Garçon ne sait plus où il en est ... Cette vidéo est à mourir de rire ! J'ai eu le courage de la regarder jusqu'au bout, un Lalane qui récupère l'actualité et qui fait rimer Cabu avec Barbu.... On aurait pas osé... Alors un beau geste ! Vous qui fréquentez les réseaux sociaux ou qui faites apparaîtrent sur votre veste vos idéaux du jour, faites une bonne action : mettez sur votre veston ou sur votre mur Je suis Charlie Lalanne !

FRANCIS LALANNE - JE SUIS CHARLIE

Posté par michelbenoit à 00:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 janvier 2015

Les grandes affaires de l'Histoire N° 11

10917305_851528984909191_5624434907988711612_n

Le numéro 11 des grandes affaires de l'histoire est sortie depuis quelques jours. Un numéro où vous pourrez retrouver quelques uns de mes articles, par exemple : Henri III et ses Mignons - ou Marie-Antoinette Fersen et les autres - ou encore Louis XIV et ses batards - ou enfin Les femmes d'Henri VIII Angleterre ou comment l'Angleterre devint protestante.... Comme vous l'aurez compris ce numéro est consacrée comme l'indique son nom à " L'Amour, le sexe et le pouvoir ! " Tout un programme... Avec des nombreux autres articles et une iconographie toujours aussi excellente.  

Posté par michelbenoit à 18:34 - Commentaires [1] - Permalien [#]

12 janvier 2015

La marche de dimanche 11 janvier... Des nouvelles des copains...Réaction.

 

1782068_10205678582662218_596507217528154889_n

Thierry Desseux

LA RUE AU PEUPLE ! Il fallait interdire le rassemblement de cette après-midi à tous les chefs d'Etat, aux officiels de tous poils, aux drapeaux, et n'accepter la présence des politiques qu'à condition qu'ils n'affichent ni leur appartenance ni leur insigne. La rue de Paris devait rester au peuple. Et le peuple rester neutre et anonyme. Comme le chagrin. Le deuil n'a rien à foutre de cette parade où Peter Pan s'apprête à défiler avec le Capitaine Crochet ! Choron et Cavanna doivent déjà se retourner... leurs camarades de rire, pas encore, puisqu'ils ne sont même pas descendus. Perso je boirai un coup, ou deux, ou trois, à la mémoire d'un courage que nous n'avons pas. Et que nous n'aurons sans doute jamais. En riant, un peu jaune. Mais je ne marcherai pas... au pas de ce deuil-là. Pour ne pas confondre : être Charlie et être charlots ... ET L’ÉLYSÉE AUX AUTRES (la suite en direct) : Donc pendant que le bon peuple prend la rue, le président s'offre un Sommet Mondial en accueillant, en grandes pompes, les dirigeants de la planète. Dont certains, on le sait, ne seront même pas capables de se serrer la main... Un Sommet sur le dos de Charlie Hebdo - tiens ça rime - fallait oser ! En même temps que les belles paroles (fraternité, liberté, humanité) et les phrases goinfrées de bonnes intentions dégoulinent de la bouche des commentateurs bien-propres-sur-eux. Je persiste à penser que François Hollande devait descendre seul, en simple citoyen, marcher en silence avec les gens. Et non à la tête d'une ligue bien cravatée (47 chefs d'Etat et 85 délégations) hautement sécurisée, pour former le Carré d'Or du siècle. Mais il est vrai que ses chers invités ont tous quelque chose à voir avec... la République.

10931047_10202187213721008_2278333459576135298_n

Izoux Lazoux

Cet après-midi, je vais marcher seule parce que je ne suis plus en accord et qu'eux ne le seraient pas. L'emmerdant ce n'est pas la rose, c'est que ce sont les dessinateurs de Charlie Hebdo qui ont été assassinés. La plupart des gens qui vont se rassembler n'ont jamais lu Charlie Hebdo ou ont vomi sur lui à commencer par tous ces politiques qui vont marcher au son de la Marseillaise. Dans le même temps comment ne pas s'unir devant l'horreur et l'atteinte à la liberté d'expression ? C'est si compliqué.
Le seul moment où j'ai été bien avec des gens c'est jeudi soir.
Prenez soin de vous, ne vous laissez pas emporter à scander n'importe quoi, ne pensez pas comme une foule, restez vous-mêmes.
Je suis Charlie Hebdo et j'ai tant de chagrin .

Photo

Jean-Charles Cougny

Ce matin en me rendant à la mairie de Luzy pour dire «  non à la liberté assassinée » et témoigner mon soutien à ceux qui ont payé de leur vie pour la défendre et à leur famille, alors que je m’approchais du parvis, je croise un ami, très impliqué dans la vie associative locale. Il me dit : « ça va ? », je répond : « Pas trop bien ». Il me demande pourquoi, je lui montre la foule rassemblée. Il me dit : « Ah, c’est pas pour quatre gars de 70 ans, ça débarrasse ! » Bien sûr c’était de l’humour. On s’avance, il voit les jeunes du collèges de Luzy et ajoute : « Tiens les jeunes du collège : manipulation d’opinion ! »  Encore de l’humour ! Je ne dis rien, je n’ai rien envie de dire depuis hier. On nous distribue des feuilles « Je suis Charlie » , je brandis ma feuille, il m’appelle : « Jean-Charles, tu tiens ta feuille à l’envers ». Je regarde : je la tenais à l’endroit. C’était toujours de l’humour. Au fond de moi j’ai pensé qu’il avait du fumer un peu avant. Ou alors il est carrément con. Ou les deux. On peut rire de tout, à condition d’être drôle. On peut rire aux enterrements aussi, mais quand ce sont ceux que j’aime, ça me fait vraiment chier. Autant ne pas y aller…

10402019_10202255630813835_1425472435378718670_n

Fabienne Desseux

Oui nous sommes Charlie. Un peu.
Les couilles en moins c’est certain.
Car nous n’avons pas leur courage.
Comme nous n’avions pas celui de Coluche parlant des arabes ou celui de Desproges parlant des juifs.
Alors y’a un truc qui ne passe pas suite à leur exécution. Un truc qui semble dire : ils l’ont bien cherché. Qu’à Charlie, on avait affaire à des racistes qui passaient leur temps à stigmatiser – bien évidemment ! – les musulmans.
Mais merde, rentrer dans le lard (pardon) des musulmans et des autres, c’est justement les mettre sur un pied d’égalité. Les beaufs (nous), les juifs, les musulmans, les cathos, les nains, les femmes, les politiques, tous. TOUS ! Parce que l’autodérision est la chose la moins bien partagée au monde. Et que le droit de se moquer, de provoquer, est le symbole même d’une démocratie. Même si ça pique parfois un peu les yeux et les égos.

Alors oui, il n’y avait pas 30 000 lecteurs de Charlie avant le 7 janvier et ils seront un million mercredi.
Oui, il n’y avait que 250 000 j’aime sur le fb avant le 7 janvier et ils sont 1 million et demi ce matin.
Oui, la marche d’aujourd’hui est récupérée par des opportunistes et cela aurait fait mourir de rire les gars de Charlie.
Mais c’est déjà fait. Ils sont vraiment morts de rire.

Ce qui arrive en ce moment va bien au-delà du symbole qu’on veut faire porter sur les épaules de Charlie. Et ils auraient refusé d’être des étendards. Pas le genre de la maison.

Leur mort ne doit avoir qu’un but.
Réveiller - un peu – nos consciences.
Secouer – un peu – nos peurs.
Sortir – un peu – de notre nombril.
Ouvrir – un peu – nos gueules.
Et surtout, boire un coup, partager, rire et prendre de la distance.

Pour que demain, dans six mois, dans dix ans, nous soyons encore – un peu – Charlie.

10461463_10202255615813460_8944312706359799138_n

François Perrin

Quand on voit le nom de certaines personnalités qui participeront à la Marche Républicaine prévue cet après-midi à Paris, il est à craindre qu'on y croisera - et pas seulement à Paris - de nombreux opportunistes et récupérateurs en tous genres et surtout beaucoup de gens opposés a l'idée-même de Démocratie... Mais doit-on leur abandonner le terrain ? Les laisser défiler à notre place ? Voire parler en notre nom ? Non ! J'y serai ! Non pour qu'on m'y voit mais qu'on me compte au nombre de ceux qui se sont levés ce jour-là face à l'atrocité et surtout à la Haine -dans les 2 camps- qui risque de gagner si nous ne faisons rien !

Jim Roudier

J'ai bien compris que toute cette affaire n'était qu'une manipulation : vous savez, l'histoire de la carte d'identité oubliée dans la voiture... C'est du moins ce que j'ai appris ici même cet après-midi. Complot. Manip.
Pauvres de nous.
Mais ce n'est pas pour ça que je n'irai pas manifester demain.

10712916_484436148361624_8638243694376967975_n

C'est juste parce que je fais une overdose de ces bons sentiments gluants et confits, que je n'ai pas envie de croiser une meute de bien-pensants "de toutes les luttes" et qui têtent toutes les mamelles que notre société leur tend depuis des années, que je ne veux pas voir une bande d'arrivistes foireux ceints d'une écharpe tricolore que rien - sinon des circonstances et un désir de vengeance - ne légitime, que "je ne suis pas Charlie", mais Jim, qui pense que les vrais combats seront ceux que nous mènerons après-demain, quand il faudra expliquer a nos enfants que ce monde est pourri, mais qu'ils réussiront peut-être a le rendre meilleur, l'espace d'un instant. Ou deux.
Il y aurait, avons-nous entendu aujourd'hui, un "avant" et un "après".
Gardons en tête le souvenir de l'avant, et méfions-nous de cet après.
Ceci dit, marchez bien.
Mais - par pitié ! - soyez conscients de ce que vous faites.

Jean-Noël Leblanc lui aussi a réagi dans un article dans le journal du Centre que je vous conseille de lire en allant sur son blog ( il vous suffit de cliquer sur le lien en haut à droire de cette page.

Posté par michelbenoit à 00:15 - Commentaires [14] - Permalien [#]



09 janvier 2015

Pourquoi je ne participerai pas à la marche demain 11 janvier 2015

1489204_10205979261426727_2408485648180123104_n

Je reposte une nouvelle fois ce texte écrit le Samedi 10 janvier et publier le jour même concernant la marche du dimanche 11 janvier. ( Ne voyant pas réapparaître l'initial disparu le lendemain. )

Je rajoute à ce texte que, les jours ayant quelques peu passés depuis, j'assume ces propos avec la même vigueur que lorsque je les ai écris, que je suis en fin de compte content de ne pas avoir pris part à cette mascarade et que je n'ai pas besoin de sortir marcher pour me sentir vivant ! Je comprends bien sur ceux qui l'on fait... Mais suis plus que septique sur les raisons pour lesquels ceux-ci ont participé à cette marche. Je persiste à dire que NON ! Ce n'était pas l'esprit de Charlie et qu'il n'est pas convenable de ne pas respecter les dernières volontés et l'esprit de ceux qui sont mort pour la liberté d'expression.

 

Je ne participerai pas à la marche républicaine de dimanche, non… Je n’y participerai pas ! D’abord parce que j’ai affreusement mal aux pieds ! Bon jusque-là ça va… Et puis parce que je n’ai pas envie d’y rencontrer le moindre drapeau tricolore, entendre des cons chanter la marseillaise et me dire qu’en fait les gaulois de Goscinny et d’Uderzo n’ont pas vraiment changé et que si nous étions à cette époque-là, je serai certainement bâillonné et attaché en haut d’un arbre ! Je ne participerai pas à la marche républicaine parce que je n’ai jamais su marcher au pas et que je fus, mesdames et messieurs, réformé P4 (équivalent de débile mentale) à l’âge de 19 ans par ces gros cons de militaires et que ce n’est pas à mon âge que je connaîtrai les plaisirs et les jouissances des cadences de Sambre et Meuse !

Je ne participerai pas à la marche républicaine de dimanche parce que je ne pourrai supporter la moindre écharpe tricolore près de moi, celles qu’arboraient ceux justement pour qui ont me demanderait de marcher … Une petite écharpe bien-pensante, restrictive, avec ses frontières et ses limites … Et qui n’a plus rien à voir avec celles que Saint-Just et Robespierre endossaient il y a deux cent trente ans…Parce que je n’ai pas envie de marcher aux côtés de gens qui nous trahissent à chaque instant, comme celui que j’ai rencontré lors du rassemblement silencieux à Nevers et qui portait haut les couleurs municipales alors qu’il avait, il y a encore quelques temps, justifier dans le bulletin local, la censure de l’expression de l’opposition. (Les gars de Charlie auraient certainement aimés !) Je ne participerai pas  à la marche républicaine dimanche car je ne supporterai pas qu’on m’agresse avec des pancartes à caractère politique (vas-y Marine !) ou (Tous ensemble ! ) Mon cul ! Ou des pancartes religieuses… Mais si vous savez, ceux qui se mettent d’accord entre eux et ceux qui détiennent le fric et le pouvoir pour nous concocter des petites guerres comme celles de 14…

Je ne participerai pas à la marche républicaine parce que je ne crois pas plus à ces évènements que je crois à cette histoire de carte d’identité trouvé dans la voiture des terroristes ! Tout le monde sait que pour faire un braquage ou autre il vaut mieux s’assurer de prendre ses papiers d’identité… des fois qu’on les perde en route … et qu’on nous les ramène au commissariat. Et puis si ça peut justifier la « fameuse rapidité » des forces de l’ordre à retrouver à vitesse grand V les auteurs de ces crimes qu’elles suivaient déjà paraît-il…Bravo et Félicitation ! Mais quelle rapidité ! Ça permet aussi de justifier pourquoi quatre heures après on intervient à Reims et à Charleville Mézières ! Si ça ce n’est pas du Pif à la Colombo !  Je ne participerai donc pas à cette marche se voulant populaire parce que je ne serai pas ainsi aux côtés de ceux qui nous trahissent, qui nous mentent, qui nous votent l’austérité, qui nous censure tous les jours, qui nous censureront demain ! Qui nous enverrons les CRS demain aux portes des usines, des bureaux, des commerces… Qui nous fliqueront sur le net !

Je ne participerai pas à la marche républicaine demain parce que je ne suis pas sur que l’on aille marcher tous pour les mêmes raisons, les uns pour la liberté de penser, d’écrire, de dessiner, les autres pour la liberté de foutre tous les étrangers (mais si… Vous savez…ceux qui ne sont pas comme nous… ! ) à la porte avec pertes et fracas et tant pis si il crèvent ! Salauds d’étrangers avec leurs religions pourris, alors que nous, bien sûr, la nôtre est bien propre et bien élevée.. Moi je crois pas à tout ça, je ne suis qu’un pauvre mécréant ! Mécréant oui mais pacifiste qui ne sais pas marcher au pas et qui ne participera pas à la marche républicaine de dimanche.

Je serai place Guy Coquille, devant Music and Music, et rendrais hommage à ma jeunesse perdue à ma façon, en chanson….

Michel Benoit

 

Posté par michelbenoit à 00:35 - Commentaires [1] - Permalien [#]

08 janvier 2015

Résistance !

1489204_10205979261426727_2408485648180123104_n

Hier, un journal, ses journalistes, ses dessinateurs ont été décimés par des forces de la terreur. D’autres sont blessés dans leur chair. Face aux engins de guerre en présence, ils n’avaient que leur plume pour se défendre. J'adresse toutes mes condoléances aux familles endeuillées à jamais et demeurerais éternellement solidaire avec elles.

L’adjectif pouvant désigner cet horrible attentat perpétré au cœur de la Capitale contre mes camarades de Charlie Hebdo n’a pas encore été inventé et ne figure dans aucun dictionnaire. Il n’y a pas de qualificatif à cet acte immonde !

Au-delà de la mort de ces hommes et de ces femmes qui ne demandaient rien, sinon que la paix s’installe sur cette bonne vieille planète, c’est un attentat contre la création, l’intelligence et le droit de penser qui a été commis. Contre la liberté et la démocratie comme aux heures les plus sombres et les plus tragiques de notre histoire. La terreur et la mort sont les armes brandies contre la fraternité humaine, contre tout débat, contre la culture, contre toute velléité de s’émanciper au nom d’un projet réactionnaire et obscurantiste.

Ne nous trompons pas!

C’est la République, ses valeurs, son histoire, ses lumières, sa laïcité qui sont visées. Cette République est celle de la tolérance, du respect de l’autre. Quoi qu’on en pense, l’écriture de Charlie Hebdo, ses dessins, ses caricatures, révèlent des faces cachées des turpitudes de ce monde et de ses acteurs. Pouvoir les publier comme contester leur contenu est partie intégrante du débat démocratique. La République unie doit s’exprimer, sans attendre, avec la force et la dignité que les circonstances requièrent. Il va nous falloir être de toute initiative qui permettra cette expression citoyenne, unie et rassemblée. Évidemment, il nous faut refuser de tomber dans le piège tendu par tous les extrémistes et refuser de confondre ces barbares avec quelque religion que ce soit. Il nous faut amplifier nos combats contre tous les racismes, contre l’antisémitisme et contre l’islamophobie.

Nous ne pouvons pas non plus accepter le jeu cynique de ceux qui, pour des raisons politiciennes, depuis quelques mois, jouent avec les haines, les racismes, les extrémismes de droite, les amalgames avec micro ouvert pour cracher de différentes manières leur haine de l’étranger. Tout ceci nourrit le climat xénophobe délétère qui enveloppe la France depuis trop de mois. Nous appelons à sortir de ces jeux politiciens. Nous en appelons à la résistance face à l’affaissement du débat public.

Chers Georges Wolinski, Cabu, Charb, Tignous, Honoré et tous les autres, nos compagnons de route dans cette lutte pour la liberté, vous étiez la vigie qui éclairiez notre route dans l’attente de crier « terre » et pour beaucoup d’entre nous, vous représentiez notre jeunesse et nous vous pleurons car nous ne vous oublierons jamais, fidèles à la puissance subversive de votre art qui vient de vous coûter la vie. Ce terrible drame et ces vies volées nous commandent de défendre pied à pied les valeurs de liberté, de tolérance, de fraternité et d’égalité.

C’est pourquoi, dans ces heures tragiques et dans un contexte où les tensions ne cessent de monter, la République une et indivisible, tolérante, laïque et sociale, doit plus que jamais s’affirmer.

Aujourd’hui, le verbe résister retrouve tous son sens. Résister ! Nous devons résister !  Ensemble ! Tous Ensemble, et Ensemble faire front contre la lâcheté et la barbarie.

Michel Benoit

Posté par michelbenoit à 19:32 - Commentaires [3] - Permalien [#]

28 décembre 2014

Une bonne et heureuse année qu'on s'était dit, non ?

images

Voici ce que j'écrivais le 21 décembre sur ce même blog à l'occasion de cette fin d'année. Une petite rétrospective  de cette année 2012 qui avait brillé par son absence de tout... De courage, de justice, de volonté, d'honnêteté, de solidarité... enfin de tout quoi !Et bien c'est un copié collé que je fais pour l'année 2014. D'accord entre les deux il y a 2013, mais rassurez-vous elle n'est pas meilleur...Enfin, simplement une bonne et heureuse nouvelle pour beaucoup, au moins 50% des électeurs : La droite est restée au pouvoir !

Bises, à toutes et à  tous.

L'année 2012 va s'achever dans quelques jours. Que pouvons-nous retenir de cette année bissextile qui avait commencé par un dimanche et qui célébra l'année de la Chauve Souris ? Que retiendrons-nous de cette année qui fut déclarée année de l'autisme par un premier ministre qui, si l'on en juge ses non-réactions face à la misère grandissante et au mécontentement des français, doit l'être également. Car il faut être autiste pour ne pas voir et se rendre compte que, décidément, quelque chose à changé dans le comportement des français. Si en janvier il ne s'est rien passé de bien formidable, le mois de février vit la consécration de l'acteur Jean Dujardin aux Oscars. Un acteur qui remporte l'oscar du meilleur acteur dans un rôle muet, il n'y avait qu'un français pour remporter la victoire. Car la France est devenue la patrie de la langue de bois, il n'y a qu'à se remémorer les discours de nos hommes politiques en avril et mai de cette année pour en être convaincu totalement. Ce qui était possible au printemps est devenu impossible en été.. Et oui, ce sont les mystères des élections. Mais beaucoup sont rassuré, la droite est restée au pouvoir !

 

f11

Ainsi, alors que nous assistons à une éclipse solaire en mai, le nouveau gouvernement en profite pour s'éclipser devant ses électeurs qui, demandent naturellement leurs dûs à des hommes qui seraient encore dans leur province si ces mêmes électeurs n'avaient pas été mettre leur billet dans l'urne nationale. En juin, en pleine période législative, Vénus passe devant le soleil alors qu'une certaine Valérie tente de passer devant une autre certaine Ségolène, twitte oblige... L'étude des astres nous prédit un prochain passage en 2017, nous verrons bien si ces deux dernières sont toujours sur le devant de la scène...Fin juin, le tour de France prend le départ de Bruxelles, alors qu'arrivent dans cette même ville de nombreux hommes d'affaires, comédiens et autres artistes voulant échapper au fisc. Depardieu fait parti de ces derniers, certains s'en étonnent, d'autres non ; ils n'oublient pas qu'avant d'être acteur, le beau Gérard était un petit voyou... Même quarante ans après, on n'échappe pas à ses origines...On comprend mieux maintenant que le rôle de Danton fût beaucoup plus pour lui qu'un rôle de composition...

Si l'été se passe tranquillement, enfin pour certains, la rentrée arrive avec ses fracas de tracas et les bombes à retardement éclatent obligatoirement: Le chômage explose ! Et rien n'y fait, même pas le clown de service qui est à la tête depuis quelques mois du ministère du redressement de l'industrie, un certain tartuffe qui finit par être démasqué par la grande majorité des français en novembre, alors que le gouvernement des têtes à claques passe un accord avec l'homme fort de la sidérurgie. En novembre, les frères ennemis de l'UMP tentent de détourner notre attention dans un numéro de claquettes plutôt réussi mais rien n'y fait et en décembre, quelques illuminés relayés par les médias, qui en profitent pour vendre du papier, et ils ont bien raison, nous prédisent la fin du monde pour le 21 décembre, le 22 décembre le chômage est toujours grandissant, Hollande est toujours aussi drôle, Ayraut aussi boutte en train, Sarkosy toujours aussi omniprésent...

l_8405c349709f468bbe47ed61dc0fbc11

Enfin, on termine l'année avec un grand débat dont tout le monde se moque : le mariage pour tous ! Si on se fou vraiment d'un truc c'est bien de celui-là ! Et puis, qui aurait pu prédire il y a quarante ans, que les copines su MLF, anti mec, anti lois, anti tout... Manifesteraient aujourd'hui pour se marier comme tous les salauds de bourgeois qu'elles avaient fustigé en leurs temps ?

Alors l'année 2012 va s'achever dans quelques jours... Et alors ?

Michel Benoit

Posté par michelbenoit à 07:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 décembre 2014

Entretien avec Angelo Brenez au sujet de son dernier roman " Monsieur Ange " :

 

627820_LCL_C14

Entretien avec Angelo Brenez au sujet de son  dernier roman " Monsieur Ange " :

Présentez-nous votre ouvrage en quelques mots ?
Un ami a très bien résumé ce roman, il est à la fois tendre, romantique, mais aussi dramatique et violent où l’imagination du lecteur est mise à contribution à chaque instant. De la France à l’Italie, de Côme à Venise, de la Révolution française à Bonaparte, on va suivre la petite Marie, partir vers sa destinée en compagnie de cet étrange ange gardien que Sade n’aurait pas renié.

Pourquoi avoir écrit une histoire d'amour ?
L'amour régit ce monde, qui peut jurer n'avoir jamais connu l'amour ? Il survient n'importe quand, n'importe où et dans n'importe quelle circonstance; agréable ou néfaste. Il est donc pour moi logique qu'il accompagne cette aventure. C'en est une avant tout bien que je dénigre certaines mœurs que les dogmes de l'époque ne désapprouvait pas. Comme certaines politiques !

Cette histoire est-elle un peu la vôtre ?
J'aurai aimé être ce Monsieur Ange, je ne suis pas justicier, ni intrépide ! Amoureux, je le suis souvent plus que de raison et il est vrai qu'il termine sa vie où une partie de mes origines commence, à Côme.

A quel lecteur s'adresse votre ouvrage ?
A vous, à elle, à lui, à tous ?

Quel message avez-vous voulu transmettre à travers votre ouvrage ?
Je ne pense pas avoir voulu faire passer un message, j'ai écrit cela au fil de mon imagination. Après, c'est vrai qu'on pourrait dire cela mais alors, il y a plusieurs messages.

Comment s'est déroulé le choix de votre couverture ?
Paradoxal de dire que ce n’est pas mon histoire puisque c'est un de mes dessin. Mais ce roman est écrit bien avant ! Ce dessin, c'est moi, c'est elle, c'est notre différence d'âge. Comme dans ma vie mais sans pour cela pourfendre un officier. Quoique quiconque si frotterait se piquerait ! C'est aussi, la jalousie, protéger sa compagne de l'envie des autres. Venise reflète bien cette atmosphère avec ses fantômes.

Quels sont vos projets d'écriture pour l'avenir ?
Continuer d’abord, de rêver la femme et de la poser sur la toile et le papier. D’exposer mes travaux, cela va se soi et quand le rêve à poser ne m’inspire pas, écrire ; là, mon imagination suffit !

Un dernier mot pour les lecteurs ?
Vivez vos rêves, sans vous occuper du regard des autres. ne vous occupez pas des différences, de castes, de religions, d’âges. Ces regards sont plus souvent envieux que désapprobateurs !

Entretien avec Angelo Brenez, écrivain, peintre, poète, auteur de " Monsieur Ange " que j'ai eu le grand plaisir de préfacer.

Posté par michelbenoit à 00:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 décembre 2014

Quelques nouvelles d’un scribe à ses lecteurs et amis.

20070120125117_lecture800

Quelques nouvelles d’un scribe à ses lecteurs et amis.

Je poursuis par cette petite lettre, qui vous est destinée, un bulletin que je souhaite informatif et qui vous fait part de l’avancée de mes projets, des nouvelles orientations prises, du bilan que je peux en tirer, en sachant bien entendu, que ce bulletin n’existe que grâce à vous, lecteurs et lectrices.

Les années se succèdent et ne se ressemblent pas. C’est le cas de l’année passée. En 2014, l’écriture de nouveaux romans, de nouveaux textes, a su cohabiter avec l’édition et la réédition de roman passés. L’aventure des enquêtes du commissaire Merle s’est poursuivi avec « l’Assassin de la ligne 7 » et l’écriture de deux nouveaux romans qui seront édités en mars 2015 pour : «  La Maison de l’Eclusier » et en aout 2015 pour «  Thérèse est morte ». Au printemps,  « la Maison de l’Eclusier » bénéficiera d’une promotion inattendue puisque FR3 Bourgogne projettera  un documentaire en début d’année, réalisé par mon ami Eric Le Senney et son équipe, documentaire ayant trait au canal du nivernais et où le commissaire Merle aura une place de choix. Le lancement de ce dernier livre devrait se faire au cœur du Bazois en avril 2015.

Pour le roman de la rentrée d’automne, «  Thérèse est morte », c’est un récit plus personnel, plus nostalgique encore que je vous propose. L’intrigue se déroulant à Nevers avec pour décors ce petit square aujourd’hui disparu et si cher aux neversois et à Yann Moix, devenu la place de la Résistance.

Le début de l’année 2015 verra la nouvelle édition de « La Belle Marinière » le premier roman des enquêtes du commissaire Merle, et en cours d’année celle de «  Berceuse pour un crime ».

Comme vous pouvez le constater, tout ceci est très prenant et ne pourrait se réaliser sans le soutien d’amis compétents, une sorte de garde rapprochée autour du fameux commissaire Merle, pour la relecture et la réalisation des couvertures de livre : l’écrivain Thierry Desseux, l’éditeur Anthony Frot et mon frère Bernard Benoit.

Cette année sera également la poursuite de ma collaboration avec le magasine Les Grandes Affaires de l’Histoire, avec Anthony Frot qui en est le rédacteur en chef et le grand maître d’orchestre. J’y écrirai un certain nombre d’articles sur des sujets tels que le sexe et l’histoire, l’épopée napoléonienne, la résistance, les mystères de l’antiquité et bien d’autres encore…A noter l’excellente iconographie toujours aussi réussie et des articles historiques dont le contenu est reconnu par les plus grands spécialistes en la matière.

Et puis, peut-être aurais-je encore le temps en fin d’année 2015 de vous offrir une tranche de vie avec le récit intitulé : Comment vous dire ? Qui surprendra certainement par sa sincérité et relatera quelques années de ma vie….

Alors, vous voyez bien que tout va bien !… J’écris actuellement une 8ème enquête du commissaire Merle qui se déroulera dans la magnifique région de Pouilly : « Vendanges Mortelles » et qui devrait sortir vers avril 2016, mais ….Chut !

Comme tous les ans, en soutien à l’action de son président Alain Deniaux, je devrais participer à la fête du livre de La Chapelle Saint André au printemps prochain.

Enfin, si vous ne me voyez pas trop dans les salons du livre, c’est tout simplement parce qu’il y en a de moins en moins ou les organisateurs ne m’invitent pas et puis après tout le proverbe ne dit-il pas la vérité lorsqu’il proclame que nul n’est prophète en son pays et s’il me faut une canne de temps à autre pour me déplacer, c’est tout naturellement pour traîner avec moi les kilos de projets que j’emmagasine chaque nuit dans mes pensées et qui sortent tout droit de mes rêves.

A bientôt donc dans les maisons de la presse, librairies, bonnes fêtes de fin d’année et bonne année à toutes et à tous !

Michel Benoit

Posté par michelbenoit à 08:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]



Fin »