29 juillet 2014

L'ombre de l'été

Ce matin en me levant, je me suis dis que l'été était passé, pourtant le ciel est bleu, oui, toujours bleu. Mais les couleurs des feuillages et cette odeur de terre me rappelle qu'après l'été, l'automne doit forcément venir pour m'emmener dans son lit de couleurs fauves. Que ferais-je cette année des feuilles de tilleuls tombées dans ma cour, un lit pour mes rêves....Le temps passe si vite, il est déjà demain. Que serai-je sans toi, tout ! Puisqu'il en est ainsi. Et le banc à deux places près du cerisier, que deviendra t-il ? Un... [Lire la suite]
Posté par michelbenoit à 00:05 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

10 novembre 2013

Dis-moi !

Dis-moi Dis-moi, Dis-moi la vie Dis-moi, Dis-moi le jour Dis-moi les arbres et le soleil, Pareil à cet ami Qui me réveille la nuit Quand je sommeille sans un appui Dis-moi, Dis-moi l’amour, Dis-moi Dis-moi demain, Dis-moi le jour où je vivrai vraiment une autre vie Beaucoup longue, beaucoup plus vraie, Beaucoup plus longue, beaucoup plus vraie. Dis-mois, Dis-mois toujours, Dis-mois, Dis-mois encore, Dis-moi le jour où finira cet esclavage où sans abris Je suis tombé à la merci de votre armée Dix mois, ... [Lire la suite]
Posté par michelbenoit à 07:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
31 décembre 2012

Il est grand temps de rallumer les étoiles

Il est grand temps de rallumer les étoiles Toujours la même route, Toujours le même chant, Toujours la même peine, Toujours recommencer, Lutter, toujours lutter, Et renaître libérer, Des apprentis sorciers D’un pouvoir Capital Qui reste en embuscade. Ils n’en peuvent plus d’attendre, Ces pauvres nouveaux nés Qui d’une même peur Transforme enfin le doute, Partager de nos mains, S’émanciper enfin, Faire sauter les verrous D’un pouvoir sauvage, Et de ses choix barbares, Ecrire enfin la suite, Ecrire enfin... [Lire la suite]
Posté par michelbenoit à 11:45 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
28 octobre 2012

Hommage à Louis Aragon

Tes yeux sont si profonds qu’en me penchant pour boireJ’ai vu tous les soleils y venir se mirerS’y jeter à mourir tous les désespérésTes yeux sont si profonds que j’y perds la mémoireÀ l’ombre des oiseaux c’est l’océan troubléPuis le beau temps soudain se lève et tes yeux changentL’été taille la nue au tablier des angesLe ciel n’est jamais bleu comme il l’est sur les blésLes vents chassent en vain les chagrins de l’azurTes yeux plus clairs que lui lorsqu’une larme y luitTes yeux rendent jaloux le ciel d’après la pluieLe verre... [Lire la suite]
Posté par michelbenoit à 09:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 septembre 2012

Rentrée des classes

Rentrée des classes.  Elle est terrible, la peur de l’enfant devant la grille de l’école, Elle est terrible, la grille qui le sépare de sa mère, Ils sont terribles aussi, ses yeux, Ses yeux pleins de larmes, Ces larmes qui s’échappent, Qui s’échappent comme ses rêves, Ses rêves de petit enfant. Un oiseau passe et emporte ses larmes, Et les emmène loin, très loin, Dans le cœur de sa mère, Sa mère qui s’éloigne au loin, Et la peur l’envahit, Sa mère a disparu, L’oiseau s’est envolé, Ses larmes ont séché, Et il... [Lire la suite]
26 août 2012

Dis moi Dimey

Cet enregistrement en public aux Forges Royales de Guérigny a une histoire. J'écrivais depuis quelques temps des poésies de comptoir en prenant pour décors la Loire, les bords de Loire et la Nièvre tout particulièrement. Quelques chansons se greffèrent au répertoire. Des chansons dont j'avais composé les textes pour la circonstance et qui avait été mises en musique par Dominique Boulé. Un jour, mon ami Jean-Noël Leblanc m'adressa un texte en la mémoire de l'un de mes poètes favoris : Bernard Dimey. Quel beau cadeau ! Dominique Boulé... [Lire la suite]
Posté par michelbenoit à 10:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 juin 2012

Le banc de l'éternité

Le banc de l’éternité   Lorsque nous aurons fuit le monde des vivants,Nous nous retrouverons sur les bords de l'Aron,Pour y parler de tout, du bon vieux temps d'avant,Voyageant vers hier, par le vent nous irons. Nous nous réunirons, tranquilles, sur un vieux banc,Invisibles à tous ceux qui passent leur chemin,Et rirons aux éclats en écoutant Leblanc,Nous dévoilant des perles écrites à quatre mains. Puis, pour quelques instants, notre vieux pont de LoireSera le plus anglais des ponts mystérieux ;La brume dissipée,... [Lire la suite]
Posté par michelbenoit à 00:05 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
26 juin 2012

Au Jeu des dés pipés.

Au jeu des dés pipés. Il faut deux gosses, Au jeu des dés pipés, Il faut deux nouveaux nés, Deux tous petits garçons, Tous beaux, tout chose, Un gosse de patron, Un gosse d’ouvrier. La vie est un parcours, Avec des cases, Et puis pour avancer, Il faut des dés, Il y a des dés tout court, Des dés d’occases, Mais pour avancer, Il faut les acheter. Au jeu des dés pipés, Il y a l’école, Le jeu des dés pipés, Est très scolarisé, Nos deux petits garçons, Ce n’est pas drôle, Doivent aller pour de bon, Un jour y... [Lire la suite]
Posté par michelbenoit à 00:05 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
10 juin 2012

Les bruits de la ville

J'écoute, les bruits de la ville,Prisonnier, sans horizon,Devant moi, un ciel obscure,Comme les murs nus de ma prison. Il doit pourtant bien y avoir,Quelque part,Un pays qui ne soit pas comme ça.Il doit pourtant bien y avoir,Quelque part,Un monde, où il y aurait toi. J'écoute, les bruits de la ville,Prisonnier sans horizon,Devant moi, se dessine un ciel obscure,Comme les murs nus de ma prison. Il doit pourtant bien y avoir,Quelque part,Un pays qui ne soit pas comme ça,Oui il doit pourtant bien y avoir,Quelque part,Quelque chose de... [Lire la suite]
Posté par michelbenoit à 11:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 juin 2012

Chanson douce

Je fais le Jacques et tu chancelles Je fais le Pierrot et tu t’endors Je fais la bête et toi la belle, Et tu ne rougies pas encore, Tu fais tout pour que je sois dingue, Mais c’est facile d’aliéner, Et peu à peu tu me déglingues, Je sens que je vais m’étioler.   C’est une chanson douce, Dont j’ai conçu les vers, Tiens ça rime avec mousse, Et avec pullover. Que d’énigmes inutiles, Que de mystères vains, Tu m’appelles indocile, Depuis le 18 juin, Quand je t’envoie des piques, Tu m’envoies sur les roses, Alors... [Lire la suite]
Posté par michelbenoit à 19:31 - - Commentaires [1] - Permalien [#]