29 août 2013

L'Hôtel du Cheval rouge, une enquête du commissaire Merle.

L'Hôtel du Cheval rouge   Mais pourquoi Vincent Céleste, alias monsieur Vincent, représentant en vins et spiritueux, a-t-il choisi l'Hôtel du Cheval rouge perdu dans un petit bourg au pieds du Morvan pour venir y mourir ? La mort de cet homme allait faire la Une de l'Eclair du Centre et délier les langues du petit bourg, au même titre que la canicule qui sévissait dans la région depuis le début de l'été ! Mais qui est donc l'assassin de cet homme d'apparence sans histoire ? Et pourquoi monsieur Vincent, qui avait... [Lire la suite]
Posté par michelbenoit à 08:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

31 juillet 2013

La voix de Jaurès

  Fête de l'Humanité 2013. Pour l’ouverture de la Fête, les Amis de l’Huma ont choisi d’inviter l’acteur Jean-Claude Drouot pour interpréter la pièce, Jaurès la voix, d’André Benedetto. Ouvrir la fête de son journal avec Jaurès, ce n’est pas un rituel, encore moins une obligation, c’est un plaisir de l’esprit et du cœur ! Les Amis de l’Huma invitent à une soirée, dès le début de la Fête de septembre – un vendredi 13, porte-bonheur ! –, où le tragique de l’assassinat du tribun socialiste, il y aura cent ans l’an prochain,... [Lire la suite]
Posté par michelbenoit à 06:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]
24 juillet 2013

Il y a 99 ans, Jaurès assassiné !

Alors que durant toute la journée du vendredi 31 juillet 1914, Jean Jaurès tente, d'abord à la Chambre des Députés, puis au ministère des Affaires étrangères de stopper le déclenchement des hostilités, l’homme avance en direction de la rue Montmartre. En fin d'après-midi, Jean Jaurès se rend à son journal L'Humanité pour rédiger un article qu'il conçoit comme un nouveau « J'accuse ». Avant la nuit de travail qui s'annonce, il descend avec ses collaborateurs pour dîner au Café du Croissant, rue Montmartre. Vers 21 h 40, Jaurès soupe... [Lire la suite]
Posté par michelbenoit à 19:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 juillet 2013

Le retour du commissaire Merle.

Dès la rentrée de septembre le commissaire Merle refera parler de lui avec une nouvelle enquête à la clef : L'hôtel du Cheval rouge, aux Editions Rue des Boucheries. Mais pourquoi Vincent Céleste, alias monsieur Vincent, représentant en vins et spiritueux, avait-il choisi l’hôtel du Cheval rouge à la Chapelle Saint Paul, petit bourg de la Nièvre situé au pied du Morvan, pour venir y mourir. Lui, qui avait fréquenté les grands espaces où les vignes familiales s’étalaient à perte de vue, était venu finir sa vie... [Lire la suite]
Posté par michelbenoit à 19:40 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
07 juillet 2013

C'est par où la gauche ?

François Hollande avait déjà divisé la gauche politique, puis les syndicats. Il divise à présent son gouvernement. Et du même coup son parti, comme il va le voir bientôt, il s’en mordra les doigts. Il croyait faire un exemple sans frais. Mais Madame Batho n’est pas la faible femme qu’il croit. Son expulsion correspond à un moment politique qui lui donne un sens très large. Les Socialistes et les Verts savent dorénavant qu’ils n’ont d’autre espace que celui de la soumission aveugle et silencieuse au dogme de l’austérité. Ils savent que... [Lire la suite]
Posté par michelbenoit à 09:16 - Commentaires [1] - Permalien [#]
12 mai 2013

Bénin rend hommage à Ferré

  Mouhet. Festiv’en marche reprendra ses quartiers, le week-end prochain. L’occasion de faire découvrir des artistes français aux paroles engagées. Ce ne sont peut-être pas les artistes les plus visibles de la scène française. Et pourtant, ils ont beaucoup de choses à dire… C'est ce que s'évertue à démontrer le Festiv'en Marche de Mouhet qui, pour la troisième année consécutive, leur donnera la parole, du 17 au 19 mai. " La chanson belle et rebelle " Bien sur que les artistes existent en dehors de ceux qui... [Lire la suite]
Posté par michelbenoit à 09:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 mai 2013

Et puis tu es venue...

Tu es venu : chanson écrite et composée par Jean FERRAT pour sa femme Christine Sèvres en 1968, à l'occasion de la sortie du premier 30 cm de Christine....une très belle chanson reprise plus tard par Cora Vaucaire et Isabelle Aubret. En ce temps-là j'errais de clocher en clocherJ'enviais les pigeons qui savaient où nicherAuprès du Vert Galant, je m'endormais dans l'herbeMes vingt ans dans Paris cherchaient je ne sais quoiEt quand la nuit venait me prendre dans ses brasJ'avais peur de mon ombre et la bravais, superbeEt puis, tu es... [Lire la suite]
Posté par michelbenoit à 18:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 mai 2013

Il est grand temps de rallumer les étoiles !

Il est grand temps de rallumer les étoiles Toujours la même route, Toujours le même chant, Toujours la même peine, Toujours recommencer, Lutter, toujours lutter, Et renaître libérer, Des apprentis sorciers D’un pouvoir Capital Qui reste en embuscade. Ils n’en peuvent plus d’attendre, Ces pauvres nouveaux nés Qui d’une même peur Transforme enfin le doute, Partager de nos mains, S’émanciper enfin, Faire sauter les verrous D’un pouvoir sauvage, Et de ses choix barbares, Ecrire enfin la suite, Ecrire enfin... [Lire la suite]
Posté par michelbenoit à 09:02 - Commentaires [2] - Permalien [#]
05 mai 2013

J'entends, j'entends...

  Contre la finance et l’austérité, aujourd’hui je manifeste avec le front de gauche !« Ceux qui luttent ne sont pas sûrs de gagner, mais ceux qui ne luttent pas ont déjà perdu. »Berthold BrechtN’acceptons jamais la misère , l’arrogance et l’égoisme des puissants.Sachons entendre mes amis et camarades.   J'entends, J'entends. J´en ai tant vu qui s´en allèrentIls ne demandaient que du feuIls se contentaient de si peuIls avaient si peu de colèreJ´entends leurs pas j´entends leurs voixQui disent des choses... [Lire la suite]
Posté par michelbenoit à 10:59 - Commentaires [1] - Permalien [#]
02 mai 2013

Robert le diable

  Robert le diable. Tu portais dans ta voix comme un chant de NervalQuand tu parlais du sang jeune homme singulier... Scandant la cruauté de tes vers réguliersLe rire des bouchers t'escortait dans les HallesTu avais en ces jours ces accents de gageureQue j'entends retentir à travers les annéesPoète de vingt ans d'avance assassinéEt que vengeaient déjà le blasphème et l'injureJe pense à toi Desnos qui partis de CompiègneComme un soir en dormant tu nous en fis récitAccomplir jusqu'au bout ta propre prophétieLà-bas où le destin... [Lire la suite]
Posté par michelbenoit à 08:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]