21 juillet 2014

Le commissaire Merle prend ses quartiers d'été !

C'est au donjon de Menetou couture que le père du commissaire Merle avait décidé de prendre ses quartiers d'été ce week-end. Ce fut aussi pour lui l'occasion de prendre un bol d'air bien mérité après une longue période d'absence dans les salons du livre. " Un air d'été " s'était transformé en un air de fête en ce dimanche et même l'instabilité météorologique n'avait pas réussi à décourager les curieux et les amoureux de l'art qui étaient venus en nombre dans les jardins du donjon. Car c'est de l'art dont il s'agissait. Tout d'abord... [Lire la suite]
Posté par michelbenoit à 10:22 - Commentaires [1] - Permalien [#]

15 juillet 2014

La Croisade des chiens de guerre de Pierre Duriot

La Croisade des chiens de guerre Des électrons libres lancés à pleine vitesse sur une trajectoire chirurgicale occasionnent parfois des collisions dantesques. Thomas est de ceux-là, marqué au fer rouge par les frappes obscures de la vie moderne, débarrassé des convenances, évoluant sur des critères hors de la civilisation. En solitaire ou associé, il déclenche à son insu de ces battements d’ailes de papillons entraînant des cyclones à l’autre bout du monde. Brian Thomas, meurtri par la vie, courant en tous sens à la recherche d’un... [Lire la suite]
Posté par michelbenoit à 00:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 juillet 2014

Le service militaire, moi je n’ai pas connu.

  Le service militaire, moi je n’ai pas connu.   Moi, j’me sens toujours mal après un bon dîner, Quand on a bien mangé et qu’on est tous repus, Il y a toujours un ami qui nous parle de l’armée. Le service militaire, moi, je n’ai pas connu.   J’aurais pu faire comme vous, suivre le peloton, Défiler en cadence sur toutes les avenues, Mais la musique au pas me donnait des boutons. Le service militaire, moi, je n’ai pas connu.   Il paraît que là-bas on se fait des copains, Des gars bien comme il faut,... [Lire la suite]
Posté par michelbenoit à 00:05 - Commentaires [2] - Permalien [#]
10 juillet 2014

Gine Delieure - A ma Mère...

A ma mère Oh ma mère autrefois je rêvais de poser Mon visage attendri sur tes cheveux de soie, Tiraillant ton jupon pour un simple baiser Sous ton regard distant s'effilochait ma joie! J'espérais le doux nid de ton sein cajoleur Tandis que tu fuyais avare de caresses, Et quêtais vainement un peu de ta chaleur Quand mes pleurs dévoilaient le besoin de tendresse! Puis le temps s'écoula sans les moindres élans, Un fossé s'agrandit et mon âme blessée Sentit se déchirer le lien de mère enfant, Tissé frileusement au fil de mes années! ... [Lire la suite]
Posté par michelbenoit à 09:55 - Commentaires [1] - Permalien [#]
09 juillet 2014

Les grandes affaires de l'histoire. Numéro spécial Révolution Française.

Il est enfin sorti ! Ce mois-ci ne manquez pas " Les Grandes Affaires de l'histoire " Dossier spécial sur la Révolution française. Je vous invite à lire les articles que j'ai écris à cette occasion : La mort des Girondins - Qui a eut la tête de Robespierre - Saint-Just l'archange de la terreur - et bien d'autres encore....Une journée avec le bourreau Charles Henri Sanson.... C'est donc pour moi le début d'une collaboration étroite entre l'équipe éditoriale de ce magazine historique qui fête son sixième numéro en ce début juillet... [Lire la suite]
Posté par michelbenoit à 09:51 - Commentaires [1] - Permalien [#]
08 juillet 2014

Michel Chastaing à la Galerie Arko à Nevers

A l’occasion du vernissage de son exposition « de désert à soleils » le samedi 12 juillet 2014 à la Galerie Arko, Place Mossé à Nevers.Michel Chastaing vous recevra de 14 heures à 19 heures.A 18 heures Corinne Fréguin et Michel Chastaing liront des extraits de textes poétiques en résonnance avec les œuvres présentées au cours d’un montage vidéo. Ils seront accompagnés de Flyroots Didjeridoo pour la création sonore et musicale.A 19 heures, moments conviviaux et échanges en toute liberté.
Posté par michelbenoit à 11:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 juillet 2014

La clairière lumineuse et Léon Tolstoï

« Si vous voulez être heureux, soyez le ! » Yasnaïa Poliana (la clairière lumineuse) à 200 km de Moscou est un vaste et riche domaine de 380 ha, que Léon Tolstoï avait hérité de sa famille maternelle, les Volkonski. C’est ici qu’il naquit le 28 août 1828, et c’est ici qu’il est enterré, parmi les arbres centenaires, dans le coin du parc où la légende familiale voulait que fût enfouie « la baguette verte » capable de libérer l’humanité de la violence et de la souffrance. C’est dans ce lieu que se déroulent son... [Lire la suite]
Posté par michelbenoit à 08:28 - Commentaires [1] - Permalien [#]
03 juillet 2014

Alfred Jarry et sa maison de Corbeil

« L’oubli est la condition indispensable de la mémoire ». Le jeune Alfred Jarry qui débarque à Corbeil au printemps 1898 n’est pas un débutant du monde des lettres. Il a déjà donné des preuves de son talent original et il a sa place parmi les écrivains de son époque, celle du symbolisme. Jarry, et cinq de ses amis dont les deux Vallette, louent pour l’année une maison à Corbeil, pour écrire et se reposer, au bord de la Seine, au numéro 19 du quai de l’Apport. Ce secteur du val de Seine était alors prisé par un certain... [Lire la suite]
Posté par michelbenoit à 07:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 juillet 2014

Les habitudes surprenantes des grands écrivains.

De la vie d’un Balzac qui ne souffrait aucune exception à un rythme parfaitement réglé, à celle d’un Alexandre Dumas qui exigeait quelque constante agitation pour que s’exprime la fibre créatrice de l’artiste, l’existence des grands écrivains peut s’avérer être pétrie de singulières manies... Balzac prétendait ne pouvoir bien travailler que le matin, et l’on va voir ce qu’il entendait par là ! L’auteur du Père Goriot se mettait au lit vers six ou sept heures du soir : il se levait à une heure du matin et travaillait... [Lire la suite]
Posté par michelbenoit à 00:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 juillet 2014

André Gide, Camille Benoit et Fougueusemare à Cuverville

Juin 1905. André Gide a trente-cinq ans. Ni la pluie très fréquente ni la présence de son ami Jacques Copeau ne le détournent de l’écriture des premières pages de ce court roman dont il ne verra le terme que trois ans plus tard et qui sera son premier vrai "succès de librairie". Dans ce récit tragique d’un amour qui se "dépoétise" pour céder à la vertu, Cuverville devient Fougueusemare, sa cousine Madeleine, Alissa et lui-même, le fils unique dont les parents décèdent prématurément, Jérôme. Le Journal d’Alissa qui clôt le roman est... [Lire la suite]
Posté par michelbenoit à 09:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]