12 juin 2010

Les gens qui s'aiment........

"Interpréter et symboliser les faits et gestes de l'autre chaque jour, transformer le petit défaut en bévue attendrissante, c'était accepter le volume géométrique qui se meut autour de soi. Eux aussi, un jour, n'avaient plus accepté ce volume, trop pesant à leur goût. Ils s'étaient sans doute réveillés un beau matin, comme beaucoup, considérant qu'en fin de compte les trois poils sortant de l'oreille de l'autre étaient vulgaires, que le grain de beauté qui hier encore reflétait ce charme unique devenait proéminent au point de ne... [Lire la suite]
Posté par michelbenoit à 00:05 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

12 juillet 2008

LE PETIT ÊTRE A GAUCHE DE LA LUNE, LE SOIR, QUAND LA VILLE DORT

Les repas s'éternisaient, on y lançait de bons mots, on voulait paraître et briller devant un petit public qui jouait le jeu, on parlait sans même écouter l'autre. D'ailleurs, personne n'était venu pour écouter et qu'importait le contenu, l'important n'était-il pas d'être présent et de se montrer. C'est dans l'une de ces soirées que j'avais revu Mathilde pour la deuxième fois en compagnie d'Armand.-- Vous connaissez les Bergman ?C'est ainsi que Marie-Jeanne Dorin, l'épouse du notaire et maîtresse des lieux, m'avait... [Lire la suite]
Posté par michelbenoit à 00:05 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
25 décembre 2007

LE PETIT ÊTRE A GAUCHE DE LA LUNE, LE SOIR, QUAND LA VILLE DORT

Mathilde s'était endormie contre moi. Epuisé, je l'avais rejoins dans ce monde de rêve où l'amour règne sur l'infini, à jamais. Le petit matin était pourtant venu troubler ces instants délicieux. Je me surprenais à détester soudain le matin. La morsure de la gelée avait fait son oeuvre et ce matin s'annonçait verglacé. Au-delà des bois, la prairie semblait jaunie par la fraîcheur de l'aube, témoignage de la sévérité de cette fin d'hiver qui pourtant avait été loin d'être rigoureux dans le sud morvan. Le Petit être à gauche de... [Lire la suite]
Posté par michelbenoit à 00:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 novembre 2007

LE PETIT ÊTRE A GAUCHE DE LA LUNE, LE SOIR, QUAND LA VILLE DORT

Aimer l'autre...Interpréter et symboliser les faits et gestes de l’autre chaque jour, transformer le petit défaut en bévue attendrissante, c’était accepter le volume géométrique qui se meut autour de soi. Eux aussi, un jour, n’avaient plus accepté ce volume, trop pesant à leur goût. Ils s’étaient sans doute réveillés un beau matin, comme beaucoup, considérant qu’en fin de compte les trois poils sortant de l’oreille de l’autre étaient vulgaires, que le... [Lire la suite]
Posté par michelbenoit à 00:05 - - Commentaires [1] - Permalien [#]