Couverture Landru - copie 2

100 ans après son arrestation Michel Malherbe nous propose un Landru bien étonnant. Cet ouvrage n'est pas un livre de plus sur le fameux voyageur de Gambais mais bien un nouvel éclairage sur la vie et les crimes à propos de cet assassin peu ordinaire.

Cent ans après l’arrestation de Henri-Désiré Landru, l’ancien policier d’investigation du 36, quai des Orfèvresse livre à une contre-enquête. Reconverti dans l’écriture depuis déjà de nombreuses années et spécialisé dans les affaires criminelles de la Belle-Epoque, il a étudié à fond l’affaire Landru sur la base des 5 745 principaux feuillets de la procédure judiciaire (qui en totalise 8 223) et quelques archives familiales. En ce domaine, il évoque un résultat assez surprenant : nombreux vices de forme et irrégularités de procédure susceptibles de conduire - au plan juridique - en une annulation pure et simple des poursuites. Une impossibilité toute technique pour l’accusé d’avoir totalement incinéré dans sa petite cuisinière les onze victimes supposées et de nombreux témoignages - pourtant vitaux pour l’enquête - non exploités. Cerise sur le gâteau, un procès atypique se déroulant dans une ambiance proche de celle d’un comice agricole, ceci au grand désespoir du président de la Cour d’assises ! Des jurés tenaillés par le doute qui, tout en votant la peine capitale, rédigeront un recours en grâce collectif, fait unique dans les annales judiciaires ! L’auteur avance - preuves en mains, et comme l’avouera à la barre le commissaire Dautel - des pistes très sérieuses, qui ne furent pas ou peu exploitées, faute de moyens et de temps. Notamment, en ce qui concerne les fouilles entreprises à Vernouillet et Gambais, et la manière dont le tueur peut avoir fait disparaître les cadavres de ses supposées victimes. Des suspicions, certes, mais très peu de preuves matérielles et aucun aveu de Landru. A la décharge des enquêteurs de l’époque, une administration policière totalement désorganisée par la Première Guerre mondiale et une pénurie de policiers qualifiés. Les plus solides éléments ont été mobilisés sur le front et dans la majorité des cas, ils ne reviendront pas ! Enfin, contrairement à une croyance bien ancrée dans l‘imaginaire collectif, de misérables moyens furent donnés aux brigades mobile de police, les prestigieuses « Brigades du Tigre », durant cette période de l’histoire...

 

Landru, le prédateur aux 283 conquêtes de Michel Malherbe aux édition Marivole-Ramsay

 

42990394_2105627916138620_3731846304096059392_n

Michel Malherbe est :

Ecrivain, sociétaire de la société des gens de lettres de France depuis 1984

Chevalier dans l'ordre national des arts et lettres

Expert près la cour d'appel de Paris depuis 1990 ( armement, munitions, balistique, lésionnelle législation sur les armes.

Assesseur de la commission d'expertise douanière de 1996 à 2005.   •

Expert près le syndicat national de l'arquebuserie de l'arme historique et de collection depuis 1991.