henri-angelard_1613051

On comprend mieux aujourd’hui pourquoi la nouvelle mairesse de Varennes Vauzelles, Madame Isabelle Bonnicel, a fait le choix autoritaire d’ôter l’appartenance de cette commune à l’appellation : «  Ville de Paix ». Il y a quelques jours, elle refusait d’organiser la cérémonie annuelle en hommage à Henri Angelard, ancien Maire élu en 1935 et destitué par le Régime de Pétain, le 28 mars 1941.

Henri Angelard avait créé le groupe nivernais « Libération-Vengeance ». Sous-chef de gare, le Résistant avait fourni à Londres des renseignements sur les déplacements des trains allemands. Il avait été déporté au camp de concentration de Neuengamme, en 1944, d’où il avait été libéré, le 7 mai 1945, par les troupes américaines. Trop faible, il était mort, quelques jours plus tard. Loin de Varennes, donc. Symboliquement, l’homme avait été réhabilité dans ses fonctions de maire par le Gouvernement provisoire issu du Conseil national de la Résistance.

Il était de coutume auparavant que la Mairie et le conseil municipal rende hommage à cet homme qui avait sacrifié sa vie pour résister face à l’occupant et combattu le nazisme et l’envahisseur dans ces moments si douloureux et c’était la moindre des choses… Il aurait été également de bon goût de célébrer cet anniversaire tragique faisant objet de devoir de mémoire, en cette année où nous fêtons le soixante dixième anniversaire du débarquement alliés et de la libération de la France. Oui, mais Madame la mairesse de Varennes Vauzelles, sans étiquettes et se disant apolitique, n’a pas souhaité renouveler cet engagement.

Celle-ci, aurait simplement déclaré que Henri Angelard, étant un Maire socialiste, il appartenait à ce jour au Parti Socialiste local de s’occuper des « festivités » mais qu’en aucun cas celles-ci ne concernaient la commune de Varennes Vauzelles. Pire, lors du dernier hommage rendu à ce combattant de l’ombre, aucune personnalité de la majorité élue en mars dernier ne se serait déplacé…Drôle de façon de traiter l’histoire et les hommes et femmes qui ont fait qu’aujourd’hui nous vivions dans un pays libre…

Une fois de plus cette décision va à l’encontre de l’histoire, du moins de celle que l’on veut apprendre à nos concitoyens. Ramener l’action et l’appartenance d’Henri Angelard au Parti Socialiste serait comme ne pas vouloir célébrer l’appel du 18 juin sous prétexte que le Général de Gaulle avait créé le R.P.F. La Lettre ouverte de l’ancien journaliste, Guy Pommeau, à Isabelle Bonnicel, vont dans le même sens. « Henri Angelard n’est la propriété exclusive d’aucun parti. Il appartient aux Vauzelliens, à la France, à l’Humanité dans ce qu’elle a de meilleur. Plus que tout autre, vous devriez être la garante, la gardienne de son exemple ». A moins que Madame Bonnicel préfère fêter l’anniversaire du Maréchal Pétain ou commémorer l’exécution du triste et célèbre Paoli à Bourges en 1945, collaborateur et tortionnaire bien connu dans la région.

Décidément, il ne fait pas bon être Vauzélien à ce jour, feuilleton à suivre avec la ville de Nevers, qui fait également parler d’elle, pas vraiment comme les neversois l’auraient souhaité d’ailleurs et dont le Maire, Maître Denis pour les uns, Baveux 1er pour les autres, a d’étranges ressemblances avec cette Madame Bonnicel… Restons vigilant, des fois que ces deux là veuillent nous apprendre le pas de l'oie, ce n'est pas le moment de faire l'autruche !

Michel Benoit