Photo 332

Superbe soirée à Crézancy en Sancerre chez Luc Marie Dauchez, en pleine nature en compagnie du poète chanteur Morice Benin. Mal Armé, duo composé de Hugo Benin et de Simon André nous ont interprété des compositions originales en première partie de soirée. Nous avions dîner en commun. Au menu, coucous végétarien, salade et gâteau maison. Le cidre fraîchement arrivé de Bretagne nous accompagna jusqu'à la grange où les propriétaires avaient reconstitué une scène de fortune afin d'accueillir la trentaine de personne ayant fait le chemin pour venir écouter Hugo et Morice, le père et le fils, à l'occasion de la présentation de nouvelles chansons.

Parcequ'il lui est devenu compliqué, voire impossible, de continuer à diffuser ses disques  dans les FNAC, Virgin, et autres temples de la grande consommation… Avec, en toile de fond, le constat affligeant du piratage institutionnalisé : on copie sur sa clé, on jette à l’infini… facile, rapide ! Voici donc (re)venu le joyeux temps du maquis :
On ne trouvera désormais ses C.D que par correspondance (ou après les concerts)…Je recommande personnellement, moi qui suis un inconditionnel de Morice, pensez-vous...plus de 40 ans de parcours parallèle, son dernier CD : " Infiniment ".Mais laissons-lui la parole :

Chanteur ?

Je pratique un métier semé d’embûches… Narcissiques d’abord :

Il faut un sacré temps avant de parvenir (peut-être) à se délester de l’illusion d’unicité et d’irremplaçable !

Au profit de quelques joies futiles débouchant pas à pas vers une petite vie féconde, plutôt que vers une course à l’exponentiel.

« Toute une vie d’homme pour découvrir ce petit rien ».
L’artisan chanteur, amoureux du simple et du léger, aura pris le dessus sur le brillant séducteur de ses débuts, le révolté chronique, l’écorché vif…

C’est que, voyez-vous, depuis la majestueuse montagne drômoise, l’addiction à la réussite semble si dérisoire, si relative !

Reste l’essentiel : Voir grandir ses enfants (dans tous les sens du terme), porter un regard fervent vers sa bien-aimée, célébrer l’amitié dans tous ses éclats de rire, contempler cette nature si prolixe s’intériorisant au seuil de cet hiver, sourire à sa boulangère, à sa postière, à monsieur l’imprimeur… et en filigrane, tisser ce fil nous reliant au vaste monde, à ses dérives comme à toutes ses promesses parvenant jusqu’à nous : Des échos nous arrivent, pas si rassurants…
Alors, de temps à autre, comme pour se remettre à la tâche qui nous élève et nous relie, se rendre à Lyon, chez l’amie Marie-Rose abritant le studio mobile qu’Hugo a planté chez elle pour peaufiner Infiniment, le tout nouveau disque : Je ne me suis jamais octroyé autant de temps, d’espace et de confiance pour le réaliser : Puisse-t-il être empreint de cette sérénité qui me traverse actuellement…

Car une chanson endosse plusieurs vies : D’abord celle liée à sa création, fluide et impulsive… puis sa maturation lente et parfois laborieuse pour la porter sur scène… enfin, comme c’est le cas actuellement : revêtant la parure multiforme des musiques l’accompagnant vers la réalisation sur un disque.

Décidément la vie d’une chanson nous ressemble…

 

Morice Benin, le 27 Novembre 2013, à Die.

Môrice Benin On va tous crever