31 juillet 2013

La voix de Jaurès

  Fête de l'Humanité 2013. Pour l’ouverture de la Fête, les Amis de l’Huma ont choisi d’inviter l’acteur Jean-Claude Drouot pour interpréter la pièce, Jaurès la voix, d’André Benedetto. Ouvrir la fête de son journal avec Jaurès, ce n’est pas un rituel, encore moins une obligation, c’est un plaisir de l’esprit et du cœur ! Les Amis de l’Huma invitent à une soirée, dès le début de la Fête de septembre – un vendredi 13, porte-bonheur ! –, où le tragique de l’assassinat du tribun socialiste, il y aura cent ans l’an prochain,... [Lire la suite]
Posté par michelbenoit à 06:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 juillet 2013

Il y a 99 ans, Jaurès assassiné !

Alors que durant toute la journée du vendredi 31 juillet 1914, Jean Jaurès tente, d'abord à la Chambre des Députés, puis au ministère des Affaires étrangères de stopper le déclenchement des hostilités, l’homme avance en direction de la rue Montmartre. En fin d'après-midi, Jean Jaurès se rend à son journal L'Humanité pour rédiger un article qu'il conçoit comme un nouveau « J'accuse ». Avant la nuit de travail qui s'annonce, il descend avec ses collaborateurs pour dîner au Café du Croissant, rue Montmartre. Vers 21 h 40, Jaurès soupe... [Lire la suite]
Posté par michelbenoit à 19:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 juillet 2013

Le retour du commissaire Merle.

Dès la rentrée de septembre le commissaire Merle refera parler de lui avec une nouvelle enquête à la clef : L'hôtel du Cheval rouge, aux Editions Rue des Boucheries. Mais pourquoi Vincent Céleste, alias monsieur Vincent, représentant en vins et spiritueux, avait-il choisi l’hôtel du Cheval rouge à la Chapelle Saint Paul, petit bourg de la Nièvre situé au pied du Morvan, pour venir y mourir. Lui, qui avait fréquenté les grands espaces où les vignes familiales s’étalaient à perte de vue, était venu finir sa vie... [Lire la suite]
Posté par michelbenoit à 19:40 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
07 juillet 2013

C'est par où la gauche ?

François Hollande avait déjà divisé la gauche politique, puis les syndicats. Il divise à présent son gouvernement. Et du même coup son parti, comme il va le voir bientôt, il s’en mordra les doigts. Il croyait faire un exemple sans frais. Mais Madame Batho n’est pas la faible femme qu’il croit. Son expulsion correspond à un moment politique qui lui donne un sens très large. Les Socialistes et les Verts savent dorénavant qu’ils n’ont d’autre espace que celui de la soumission aveugle et silencieuse au dogme de l’austérité. Ils savent que... [Lire la suite]
Posté par michelbenoit à 09:16 - Commentaires [1] - Permalien [#]