31 décembre 2012

Il est grand temps de rallumer les étoiles

Il est grand temps de rallumer les étoiles Toujours la même route, Toujours le même chant, Toujours la même peine, Toujours recommencer, Lutter, toujours lutter, Et renaître libérer, Des apprentis sorciers D’un pouvoir Capital Qui reste en embuscade. Ils n’en peuvent plus d’attendre, Ces pauvres nouveaux nés Qui d’une même peur Transforme enfin le doute, Partager de nos mains, S’émanciper enfin, Faire sauter les verrous D’un pouvoir sauvage, Et de ses choix barbares, Ecrire enfin la suite, Ecrire enfin... [Lire la suite]
Posté par michelbenoit à 11:45 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

29 décembre 2012

2012 va s'achever dans quelques jours, et alors ?

L'année 2012 va s'achever dans quelques jours. Que pouvons-nous retenir de cette année bissextile qui avait commencé par un dimanche et qui célébra l'année de la Chauve Souris ? Que retiendrons-nous de cette année qui fut déclarée année de l'autisme par un premier ministre qui, si l'on en juge ses non-réactions face à la misère grandissante et au mécontentement des français, doit l'être également. Car il faut être autiste pour ne pas voir et se rendre compte que, décidément, quelque chose à changé dans le comportement des français.... [Lire la suite]
Posté par michelbenoit à 00:05 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
28 décembre 2012

Gustav Klimt Promoteur de l'Art Nouveau

  Les Autrichiens ont célébré avec faste, cette année, le 150e anniversaire de l'un de leurs plus grands artistes, Gustav Klimt, né le 14 juillet 1862. Promoteur du Jugendstil (l'Art Nouveau), il a inventé une esthétique révolutionnaire en symbiose avec les autres talents de son époque, viennois comme lui : l'architecte Otto Wagner, le compositeur Gustav Mahler, le peintre Egon Schiele. Il est mort à l'apogée de son talent, en 1918, comme ses amis Otto Wagner et Egon Schiele, comme l'Autriche-Hongrie elle-même Peintre de... [Lire la suite]
Posté par michelbenoit à 00:05 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
27 décembre 2012

Noël 42

Noel 42   D’abord Noël, faut que j’te dise, Que j’crois en toi, malgré qu’j’suis grand, Tu penses, j’viens d’avoir mes huit ans, Même que j’t’ai vu au fond de l’église, Quand l’ratichon, jeudi tantôt, Nous y a emmenés, après l’patro, Tu pionçais au milieu d’une crèche, Avec d’la paille pour oreiller. Pour qu’tu sois comme ça dans la dèche, Ton vieux, y devait être prisonnier. Dis, pour maman, tu serais un pote Si t’y mettais dans ses croqu’nots, Du vrai café, un p’tit kilo, Bien planquousé au fond d’ta hotte, ... [Lire la suite]
Posté par michelbenoit à 00:05 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
26 décembre 2012

Le petit être à gauche de la lune, le soir, quand la ville dort.

  "Interpréter et symboliser les faits et gestes de l'autre chaque jour, transformer le petit défaut en bévue attendrissante, c'était accepter le volume géométrique qui se meut autour de soi. Eux aussi, un jour, n'avaient plus accepté ce volume, trop pesant à leur goût. Ils s'étaient sans doute réveillés un beau matin, comme beaucoup, considérant qu'en fin de compte les trois poils sortant de l'oreille de l'autre étaient vulgaires, que le grain de beauté qui hier encore reflétait ce charme unique devenait proéminent au point... [Lire la suite]
24 décembre 2012

Saint Just apogée d'un silence dernier regard.

Je suis debout, près de la fenêtre, immobile, épuisé, le jour se lève sur Paris. Une nuit qui s'achève, bleue, blanche et rouge aux couleurs de cette jeune république que j'ai tant appelée, tant désirée et tant aimée. Bleue comme le ciel de cette aurore innondant les jardins des Tuileries où miroîtent d'étranges lueurs sur les allées bordées d'arbres centenaires. Blanche comme cette nuit peuplée d'ombres et de fantômes qui m'entourent à présent; des êtres sanguignolants se vidant de leur sang, devant l'insoutenable regard des... [Lire la suite]
Posté par michelbenoit à 00:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 décembre 2012

Louis Aragon : Une espérance de vie éclairée par l’histoire

Le premier volume de la grande biographie d’Aragon par Pierre Juquin vient de paraître. S’appuyant sur des inédits, elle donne au destin de l’écrivain un éclairage nouveau. Aragon, un destin français,de Pierre Juquin.T. I. «1897-1939». Éditions de la Martinière, 29,90euros. «Je ne récrirai pas ma vie », disait Aragon. Il nous a laissé ce soin. Le défi a été souvent relevé, mais se frayer un chemin dans le maquis de sa biographie est aussi ardu que s’orienter, comme il l’a écrit pour lui-même, « dans la forêt des mots ». La... [Lire la suite]
Posté par michelbenoit à 00:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 décembre 2012

L'affaire Saint Bris

« Le chasseur avec ou sans fusil » se tenait en face du château, de sorte que les patrons de l’auberge et les clients pouvaient regarder sans difficultés les aller et venu des propriétaires et des visiteurs. L’hôtellerie était accueillante. A l’extérieur, quelques tables étaient dressées en terrasse. Des panneaux publicitaires vantant des marques de bière et le dépôt de butane étaient fixés au crépi de la bâtisse et Merle se laissa choir sur l’une des chaises devant l’entrée du commerce. Tout ce chemin et cette chaleur lui... [Lire la suite]
Posté par michelbenoit à 00:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 décembre 2012

La belle marinière

Le trajet entre le quai et l’Escale, bien que distant de quelques dizaines de mètres, lui parut interminable. La pluie s’était arrêtée subitement laissant place à un paysage désolant dont les couleurs se mêlaient à celles du fleuve. Un banc abrité près de la réserve d’eau  potable était à mi-parcours et Merle y fit une halte, regardant la berge face à l’écluse où les cygnes s’étaient rassemblés. La Belle Marinière, une péniche bien connue, s’était engagée dans la fosse entre canal et fleuve, son moteur toussait et deux... [Lire la suite]
Posté par michelbenoit à 00:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 décembre 2012

1793 La république de la tentation

Si les culpabilités de Chabot et de Delaunay ne font aujourd’hui plus aucun doute dans l’affaire de la Compagnie des Indes, celle de Claude Bazire par contre nous interroge. Elle interpella d’ailleurs le tribunal et les jurés alors qu’ils devaient rendre justice en ce début d’avril 1794. Celui-ci ne se trompa point en portant dans l’acte d’accusation de Bazire la notion de complicité (passive ou active) dans cette vaste affaire d’escroquerie. Si nous envisageons la culpabilité passive pour le député de la Côte d’Or, il nous faut... [Lire la suite]
Posté par michelbenoit à 00:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]