27748283_p

"Interpréter et symboliser les faits et gestes de l'autre chaque jour, transformer le petit défaut en bévue attendrissante, c'était accepter le volume géométrique qui se meut autour de soi. Eux aussi, un jour, n'avaient plus accepté ce volume, trop pesant à leur goût. Ils s'étaient sans doute réveillés un beau matin, comme beaucoup, considérant qu'en fin de compte les trois poils sortant de l'oreille de l'autre étaient vulgaires, que le grain de beauté qui hier encore reflétait ce charme unique devenait proéminent au point de ne voir plus que lui, de le transformer en une immonde verrue répugnante, et que l'odeur de l'autre, qui la veille ravivait l'appétit sexuel, devenait puanteur aigre et rebutante. En conclusion, l'un et l'autre ne se pardonnaient plus rien depuis longtemps. L'amour était parti.
C'était peut-être, après tout, le pourquoi de ma solitude. Refusant cette situation qui à mon sens n'était que la suite logique à une situation incontournable. La peur de l'échec. L'échec, ce compagnon des premiers jours de l'amour, qui naît avec les premiers instants du désir, tout comme la mort accompagne la vie de chacun dès le premier souffle. Cet échec qui survit bien longtemps après la fin de l'histoire, restant le seul maître de nos pensées et régnant sur le passé comme un souverain sur ses terres.
J'avais toujours pensé que l'amour était au désir ce que le soleil était au fruit. Le complément indispensable de la relation durable, l lien entre le discontinu et l'intermittence, le sucre qui donne la noblesse à l'acte, qui sans lui rabaisse l'autre au rang de l'objet. Aujourd'hui encore je restais persuadé que l'âme dans le sexe anoblissait l'acte d'amour jusqu'à lui donner cette consistance pure où tout est permis, mais que le sexe dans l'âme ne pouvait à court terme que rebuter le désir de l'autre, l'amenant aux plus basses perversion.
La pluie a cessé de tomber, laissant place à un magnifique arc-en-ciel qui s'estompe peu à peu à l'horizon. "

Extrait du " Petit être à gauche de la lune, le soir, quand la ville dort "
Michel Benoit
Editions Dominique Guéniot