draisienne

Cela ne s'invente pas ! Et oui, le mot bicyclette est issu d'un nom de marque anglais : «The Bicyclette», lui-même forgé sur le terme français bicycle. Il est aujourd'hui compris par un milliard d'hommes. Pas étonnant que 99 ans plus tard ce soit l'anglais Wiggins qui détienne le fameux maillot jaune... Toutefois, le terme vélocipède perdure dans presque toutes les langues de l'ancien empire russe depuis qu'il été diffusé à Saint-Pétersbourg par une succursale de La Compagnie Parisienne des Vélocipèdes (la société de la famille Olivier) en 1869. Des modèles améliorés sont vendus en France en particulier par le britannique Duncan. En 1886, après que celui-ci eut traversé la ville de Saint-Étienne à bicyclette, les frères Gauthier «s'inspirent» de son modèle pour construire en neuf semaines la première bicyclette française et en propager le nom, qui est au début aussi bien masculin que féminin : «le» bicyclette.

Beraudcycle1901

En 1891, André et Édouard Michelin inventent le premier pneumatique avec chambre à air démontable pour bicyclette. Son succès est foudroyant suite à la victoire la même année de Charles Terront sur une bicyclette équipée de pneus et chambres à air Michelin, dans la première édition de la course Paris-Brest-Paris : le vainqueur parcourt les 1220 km en 71h30. En 1908, plus d'un million de bicyclettes circulent déjà en France. Ce mode de transport, accessible à un large public, remplace progressivement le cheval grâce à son moindre coût et à son confort accru, en particulier grâce à l'emploi du pneumatique. Curieusement, il contribue aussi à l'émancipation des femmes et révolutionne la mode. Les femmes, qui ont encore l'interdiction de porter un pantalon, se voient concéder le droit de porter une culotte bouffante pour faire du vélo. Elles en profitent pleinement et dès lors rejettent le corset au profit de vêtements amples et confortables.

A l'heure où l'on recherche par tous les moyens la relance de l'économie industrielle, de l'économie d'énergie, enfin de l'économie tout court, relancer la bicyclette ne serait-ce pas l'un des moyens de répondre aux grandes questions qui se posent à nous en ce début de XXIème siècle. Peut-être, mais à la condition de redonner un sens au travail de proximité, de changer notre mode de vie et de circulation, de quoi faire rêver bons nombres d'économistes et d'acteurs du monde rural pour qui le bouclier du même nom prendrait alors ses lettres de noblesse et se verrait crédibilisé aux yeux des plus sceptiques...