Copie de histoire635C'était en 1971 en juillet, nous étions partis refaire le monde avec nos tentes, nos guitares et nos espoirs. Départ Porte de Pantin pour arriver à une destination inconnue, en Stop ! Nous n'avions pas pensé que nos jean's, nos vestes de l'armée américaine avec le sigle de la paix dessiné dans le dos, nos foulards et nos chapeaux de brousse, nos clarks et nos guitares, impressionneraient les automobilistes au point qu'ils ne s'arrêtent pas une seule fois. Et puis, erreur monumentale... nous étions trois... Trois mecs et pas une seule fille et ça.. c'est très mauvais pour le Stop. Mon copain Olive nous chantait du Dylan et moi, impressionné par More, film dont les Pink Floyd avaient composé la musique, je rêvais... et nous marchions en direction vers la liberté. Vous pensez, trois jours de week-end, un premier mai ! Bien que décidés, notre allure devait ralentir, tout d'abord parce que nous ne pensions pas effrayer les gens à ce point, nous vivions dans notre monde, pacifistes, bercés par la Pop music et plein d'espoir et aussi parce que mon pote Olivier, celui qui nous chantait " Les temps changent ", avait des clarks montantes toutes neuves et qu'un sillon se creusait à son talon, conséquence d'ampoules géantes éclatées en quelques heures de marche forcée. A midi, nous avions bien tenté de déjeuner sur le bord d'un trottoir, mais le moral baissait. A 17 heures, nous nous demandions si enfin nous pourrions dépasser les derniers buildings et enfin évoluer dans les champs de tulipes et ce n'est qu'à 19 heures que nous fûmes recueillis par une camionnette de la ville de Meaux qui transportait des sacs poubelles à ciel ouvert et qui nous emmena parmi les oripaux dans un terrain vague longeant la marne, lequel était occupé uniquement occupé par une caravane de gitans qui tout comme nous avaient jeté les amarres pour un soir. Nous allions dormir ainsi, épuisés par une longue marche, durant deux jours entiers. Le troisième jour, comme il fallait bien rentrer, nous primes le train qui mis 15 mns pour nous ramener presque devant nos habitations respectives... Une leçon de vie, la première du genre, mais des souvenirs impérissables !


Pink Floyd - More