trefouelD’abord réalisateur de fictions pour la télévision et auteur d’un long métrage pour le cinéma en 1992 (Les eaux dormantes), Jacques Tréfouël devient producteur et réalisateur de documentaires qui constituent autant de témoignages sur sa région. Les sujets sont variés : les flotteurs de bois, le Canal du Nivernais, les nourrices du Morvan, l’affichiste Charles Loupiot, les poteries de Puisaye ... Pour l’émission « Un siècle d’Ecrivains » sur France 3, il réalise des sujets sur Paul Claudel, Antoine de Saint-Exupéry, Simenon, Alain-Fournier, Achille Millien, Colette, Jules Renard ... Les approches sont nombreuses mêlant à la fois information et émotion au service d’une création toujours renouvelée.
A travers toutes ses œuvres, il souhaite « fixer le témoignage à la fois patrimonial, historique et culturel de sa région. C’est à [son] sens un indispensable travail de mémoire car il n’y a pas d’avenir possible sans connaissance de son passé. Si l’on bascule dans le monde de la virtualité sans puiser dans la mémoire collective on risque de devenir des humanoïdes. »
Sa venue à Saint-Pierre-le-Moûtier le 29 mai prochain sera l’occasion pour lui de retrouver les lieux d’un de ses premiers tournages, celui de son conte Le Père Noël revient de guerre tourné au centre de la ville en octobre 1981. L’occasion de partager souvenirs et anecdotes ...

Jacques Tréfouël sera présent à la 1ère Fête du livre de Saint-Pierre-le-Moûtier le 29 mai

JC_COUGNY_2010_1Jean-Charles Cougny est né à Nevers en 1957. Il se définit lui-même comme paysan Après un bac scientifique, il décide de devenir agriculteur et d'élever des bovins charolais. Connu dans sa région comme syndicaliste paysan et pour ses écrits dans le journal Vents du Morvan, il vit aujourd'hui à Poil. Attiré très jeune par l'écriture, c’est sa passion pour la généalogie qui lui fourni la matière de son premier livre, Jeanne aimait Charles (autoédition 2004, réédité sous le titre Le Destin de Jeanne en 2007 par l’Ecir).
C'est toujours la terre et son métier qui l'inspirent dans ses ouvrages. Cette terre morvandelle qui est le personnage principale de ses romans dont le septième vient de sortir, La Parisienne (Editions J2C). Lorsque le chemin de Louise, une parisienne un peu punk de dix-neuf ans, en vacances dans le Morvan, croise celui d’Eddy, un paysan célibataire de quarante ans, qui travaille avec ses parents, que peut-il bien se passer ? A priori rien, tant les deux mondes dans lesquels ils vivent semblent diamétralement opposés. A priori seulement, car il arrive que deux contraires s’attirent, que deux êtres que la vie ne satisfait pas et pour qui la solitude pèse, finissent par trouver de nombreuses raisons de s’entendre et en arrivent à rêver de faire un bout de chemin ensemble.
Mais c’est sans compter sur leurs familles respectives et le milieu dans lequel ils vivent, qui, recroquevillés sur des préjugés et des raisonnements d’un autre âge, feront tout pour entraver un projet pourtant bien légitime…
Jean-Charles Cougny sera à la 1ère Fête du livre de Saint-Pierre-le-Moûtier le 29 mai