aquarelle_decizeJean-William Hannoteau revient à Nevers avec une exposition d'huiles et aquarelles : " Nevers, la Loire, Decize " qui sera présentée à la galerie des Chapelains, rue Saint-Etienne du 1er juin au 3 juillet prochain. Aux côtés de son frère Claude, l'artiste peintre signera aussi une revue de La Camosine consacrée à Decize dont ils sont les co-auteurs....

C'est en 1975 que Jean-William Hanoteau décide de consacrer entièrement à la peinture et assouvir sa passion à plein temps après une longue carrière dédiée à l’architecture.

Une aubaine pour celui qui avoue : « J’ai toujours eu l’idée qu’un jour je ne ferai que peindre » et qui en dépit d’une intense activité professionnelle a déjà accroché ses œuvres dans plus d’une vingtaine d’expositions. 

Dès son plus jeune âge, Hanoteau fut saisi par le besoin de peindre les paysages rencontrés au hasard de ses voyages au point de confier : « J’ai commencé et je n’ai plus arrêté … »

Conciliant ses travaux d’architecte et son action militante pour la conservation des monuments anciens, il a parcouru

la France

, découvert l’Irlande et le Maghreb, s’inspirant de ces couleurs locales qu’il aime tant jusqu’à les reproduire dans l’instant à travers l’aquarelle, la seule technique qui, à ses yeux, permet de noter la transparence et le mouvement.

A ce propos, il aime à préciser : « Je fais en quelque sorte une peinture climatique, je peins à la fois les mouvances du paysage environnant et mes changements intérieurs ».

Pour lui, c’est en quelque sorte un retour aux sources puisque, né à Decize en 1937, Jean-William a passé sa jeunesse dans la maison familiale, située sur les anciens remparts de la ville, entouré des toiles de son illustre aïeul Hector, peintre connu et reconnu du 19ème siècle, plusieurs fois couronné lors des expositions artistiques au Salon de Paris et créateur de l’Ecole des beaux-arts de Nevers. Dans le magnifique recueil édité par la Camosine qu'il signera en compagnie de son à partir du 1er juin, Jean-William m'a fait un énorme plaisir: celui d'illuster l'un de ses aquarelles avec le texte que j'ai écris sur cette bonne vieille ville de Decize et que je chante en compagnie de mon amie Dominique Boulé lors de mes spectacles " C'est pas la Loire à boire".

Merci encore Jean-William pour ce talent merveilleux et pour tes nombreuses qualités dont la première est sans aucun doute la simplicité. Chose bien rare de nos jours en ce bas monde.