img200


Fils de Louis Jean de Saint-Just de Richebourg (1716-1777), un capitaine de cavalerie décoré de l'ordre de Saint Louis en poste à St Pierre-le-Moutier à la frontière de la Nièvre et du bourbonnais, et de Marie-Anne Robinot, fille du notaire et responsable du grenier à sel de la ville de Decize, il est l'aîné d'une famille de trois enfants. Ses deux sœurs, Louise-Marie-Anne de Saint-Just de Richebourg et Marie-Françoise-Victoire de Saint-Just de Richebourg, voient le jour en 1768 et 1769. Après quelques années, les Saint-Just partent dans l'Oise, d'où est originaire le père, avant de s'installer dans l'Aisne à Blérancourt. De 1779 à 1785, Saint-Just fréquente le collège des Oratoriens de Soissons. De septembre 1786 à mars 1787, il est placé, à la demande de sa mère, dans une Maison de correction à Paris, rue de Picpus, à la suite d'une fugue. En octobre 1787, il s'inscrit à la faculté de droit de Reims, qu'avaient déjà fréquentée Brissot et Danton, avant de rentrer l'année suivante à Blérancourt, où il séjourne jusqu'en septembre 1792.

buste_de_St_Just___Decize